Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 16.05.2024 - Norman Jardin - 6 min  - vu 4084 fois

LA MINUTE SPORT L'actualité sportive de ce jeudi 16 mai 2024

Sébastien Larcier et Adil Hermach pourraient être le duo nîmois de la prochaine saison.

- Photo : Paul Visseq

Hermach et Larcier qui devraient continuer au NO, le programme de la reprise, un transfert qui pourrait rapporter des millions et une première recrue de choix pour le BHNM.

Nîmes Olympique 

Larcier et Hermach, un duo reconduit ? Et si rien ne changeait au NO pour la saison prochaine ? C’est en tout cas la tendance qui tient la corde en cette fin de championnat. Il faut déjà régler le dossier Larcier. En effet, le directeur sportif est en fin de contrat et il a échangé, hier, avec le président Rani Assaf. Il en ressort que le président-actionnaire souhaite conserver son directeur sportif, et que ce dernier à envie de rester. Donc, même si rien n’est officiel, l’ancien alésien a toutes les chances de poursuivre l’aventure. C’est aussi le cas d'Adil Hermach qui est étudié par les dirigeants nîmois. Le technicien, qui vient de sauver le club de la relégation, ne possède pas le précieux diplôme pour entraîner en National et le club devra payer 7 500 € à chaque fois que son nom sera inscrit sur une feuille de match. Cela représente 255 000 € pour une saison, une somme que le club ne veut pas payer. Mais la priorité de Sébastien Larcier est de conserver Adil Hermach comme entraîneur principal alors, ces derniers jours, Nîmes Olympique a développé une nouvelle stratégie. « J’œuvre pour que Adil Hermach puisse rester l’entraîneur numéro un. On essaye de trouver une solution », explique Sébastien Larcier, qui travaille depuis plusieurs jours sur les éventuels recours permettant de maintenir en place l’entraîneur qui vient d’enchaîner quatre victoires et qui a engrangé 12 points sur 15 possibles. Adil Hermach a remis l’équipe dans le sens de la marche et il y a pris goût : « J’aimerais voir cette équipe sur la longueur pour voir jusqu’où elle peut aller. J’ai envie d’écrire ma propre histoire à Nîmes. » Tout semble réuni pour que le duo Larcier-Hermach soit reconduit pour la saison 2024-25. Mais en ce qui concerne le poste d’entraîneur, le doute persiste et le NO va devoir trouver une solution acceptable pour la FFF, et rapidement. Dans le cas contraire, il faudra bien trouver un nouveau coach et le profil recherché par Sébastien Larcier sera « quelqu’un qui connait très bien le championnat National et qui est plutôt moderne ». Côté joueurs : Burner, Ondoa, Doucouré, Sacko, en fin de contrat, devraient quitter le club. Le prêt de Mbemba par Dunkerque arrive à son terme, mais Nîmes souhaite le conserver via un nouveau prêt, voire même un transfert définitif. Peu utilisés cette saison, Wade, Ngakoutou, Delpech et Labonne ne seraient pas retenus en cas de de volonté de départ. Sinon, l'ambition est de garder l'essentiel de l'effectif avec cinq départs pour cinq arrivées attendues. La question se pose aussi pour le gardien Tao Paradowski, qui ne pourra signer un contrat pro qu'en janvier 2025, l'année de ses 20 ans. 

Comme en 2022 et 2023, les Nîmois joueront un match de préparation à Mallemort dans les Bouches-du-Rhône • Photo : Corentin Corger

Les dates de la reprise et des premiers matchs amicaux. La saison 2024-25 n’est pas encore terminée que l’on prépare déjà la suivante. Et on peut dire que les dirigeants nîmois ont bien avancé. En plus de la recherche de solution pour maintenir Adil Hermach au poste d’entraîneur (voir ci-dessus), Sébastien Larcier a déjà calé les premiers matchs amicaux. Les Crocodiles reprendront l’entraînement le lundi 8 juillet. Le 17 juillet, c’est à la Commanderie, que le NO affrontera l’Olympique de Marseille (L1). L’été aura des airs très Bucco-Rhodaniens pour les Nîmois qui seront opposés au FC Martigues (L2 ou N) le 3 août à Mallemort, le lieu même où ils avaient affronté Bastia en juillet 2022 (défaite 1-0) et Istres en juillet 2023 (victoire 3-2). Le NO enchaînera avec un déplacement le 7 août à Saint-Marcelin pour rencontrer Grenoble (L2) pour un parfait remake du match de préparation perdu (2-0) par les Crocodiles alors en Ligue 1 et entraînés par Jérôme Arpinon en août 2020. Les joueurs nîmois clôtureront leur préparation, la 9 août, au stade des Antonins face à l’AS Cannes (N2), mais cette rencontre se déroulera à huis-clos à la demande des Azuréens. À cette liste, il faut rajouter des matchs contre Istres (qui monte en N2), Aubagne (qui monte en National) et Agde (N3) dont les jours et les lieux restent à confirmer. Quant à la reprise du championnat National, elle est prévue pour le vendredi 16 août. Comme la saison dernière, les Crocodiles ne devraient pas partir en stage durant l'été.

L’ancien Nîmois Kevin Denkey pourrait rapporter gros à son club formateur. • Photo : Anthony Maurin

Quelques millions venus de Belgique ? C’est à la fin de ce mois de mai que Nîmes Olympique passe devant la DNCG (Direction nationale du contrôle de gestion). Devant le gendarme financier du football français, Rani Assaf va devoir confirmer pécuniairement le maintien que les joueurs ont décroché sur le terrain. Mais sans rien faire, la tirelire du NO pourrait se garnir de quelques millions. En effet, l’attaquant Kevin Denkey, qui a été formé à Nîmes Olympique, fait une très belle saison du côté du Cercle de Bruges (Belgique). L’ancien nîmois, qui a réussi la bagatelle d'inscrire 30 buts en 39 matchs, attise la convoitise de nombreux clubs européens dont le Bayer Leverkusen (champion d’Allemagne) mais aussi Lille, Lyon, Rennes et Lens. Évidemment le NO n’est pas sur les rangs pour faire revenir son ancien pensionnaire, mais étant son club formateur, il sera concerné par la transaction puisqu’il bénéficie d’un « droit de suite ». Cela signifie que le club nîmois se verra verser environ 20 % de la vente. Comme le joueur à une valeur marchande estimé entre 15 et 20 millions d’euros, c’est une jolie petite somme qui viendra mettre un peu de beurre dans les épinards nîmois. Selon le montant du transfert, c’est entre trois et quatre millions qui pourraient être reversés au NO. Attention tout de même, car l’on parle en brut et la somme réellement perçue sera légèrement inférieure. Une nouvelle fois, Rani Assaf pourra dire merci au centre de formation nîmois, qui décidément lui rend de nombreux services.

BHNM

La joie des bouillarguaises maintenues • Photo BHNM

Mazel recrutée. Hier soir, au terme de match d’une haute intensité, Bouillargues s’est imposé 34-31 à Vaulx-en-Velin. Une victoire ô combien importante car synonyme de maintien pour le BHNM qui envoie sa victime en N1. En effet, Vaulx-en-Velin, à qui il ne reste qu’un match, ne peut plus doubler mathématiquement le BHNM. « La team boubou » a encore deux matchs à disputer face à Noisy-le-Grand, ce samedi et à l’Agora, le samedi 25 mai à 20 heures, face à Clermont. L’occasion de faire la fête et de célébrer ce maintien obtenu dans la douleur après une saison délicate. « On a l’esprit libéré, on était loin d’imaginer une fin de saison si difficile avec les blessures et les deux points retirés par la DNCG », réagit Philippe Garnier, président du BHNM, soulagé. Le club peut ainsi préparer seirenement la saison prochaine, la huitième consécutive en deuxième division. Le coach Baptiste Filipe continue l’aventure ainsi que les cadres de l’effectif comme Léa Lacroix, la capitaine Estrella Piq, la pivot, blessée cette saison, Marion Lahcene ou encore la gardienne Axelle Bertrand. Une première recrue est déjà actée, il s’agit d’Alice Mazel, qui n’est autre que la fille de Christophe Mazel, ancien joueur, entraîneur de l’USAM et directeur sportif du HBCN. La Nîmoise de 2023, formée au Pôle espoirs de Nîmes, revient dans le Gard après plusieurs saisons passées à Dijon. Elle jouait cette saison en première division.

USAM Nîmes Gard

Label argent maintenu. À l’occasion de son comité directeur, la Ligue Nationale de Handball a présenté le résultat de sa troisième campagne de labellisation réalisée auprès des clubs professionnels masculins. Pour cette vaste enquête, les clubs ont rendu une photographie détaillée de leurs activités au moyen de plus de 600 critères, classés dans quatre thématiques distinctes : Administration, Finances et RSE - Sportif et formation & Organisation des matchs - Marketing et commercialisation, Communication & Accueil médias TV - Infrastructures et Fan Expérience. À l’issue d’une compilation minutieuse des informations fournies par les clubs, et en tenant compte d’une grille de points prédéfinie, la LNH a validé l’attribution de 25 labels (contre 23 l’année passée) avec le palmarès suivant : six clubs Or, onze clubs Argent et sept clubs Bronze. Après le bronze en 2022 et l’agent la saison passée, l’USAM Nîmes Gard maintien donc son niveau en s’améliorant sur de nombreux critères. « C’est toujours une satisfaction de voir le travail accompli par les équipes du club. Ce label récompense et met en avant la qualité du travail et de l’implication de tous, à tous les étages du club, tant au plus haut niveau de la pyramide que dans tous les étages de la formation. L’USAM Nîmes Gard est plus qu’un simple club de handball, c’est une famille », souligne Jérôme Chauvet, manager général du club.

Rugby Club Nîmois

Samuel Roche is back • Photo RCN

Roche de retour. C’était un secret de polichinelle et le RCN l’a officialisé ce jeudi, le retour de Samuel Roche pour deux saisons. Meilleur marqueur de Fédérale 1 avec le club nîmois lors de la saison 2021/2022 avec 359 points inscrits, Samuel Roche a été un des grands artisans de la montée en Nationale 2 du Rugby Club Nîmois. Parti l'an passé dans le Var pour tenter sa chance en Nationale 1 à Hyères-Carqueiranne, Samuel Roche a malheureusement vécu une saison blanche avec une blessure aux ligaments croisés. Aujourd'hui, bien soigné, il est donc de retour sous le maillot rouge et vert auquel il est désormais lié jusqu’en 2026.

Norman Jardin

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio