Actualités
Publié il y a 7 ans - Mise à jour le 17.03.2015 - eloise-levesque - 2 min  - vu 112 fois

L'INVITÉ DE LA RÉDAC' Jean Denat répond aux lecteurs d'Objectif Gard

Jean Denat. CM/OG

Toute la journée, le président du conseil général Jean Denat répond aux questions de la rédaction, dans le cadre du dispositif "L'invité de la rédaction", mis en place à quelques jours du premier des départementales. Après les trois premiers volets personnalité/politique, thématique logement, et quiz, voici l'ultime entretien : les questions élaborées par nos lecteurs.

1 - Emmanuel, 43 ans, St-Privat-des-Vieux : La culture devrait désormais être une compétence partagée avec la Région. Pouvez-vous nous garantir que les subventions allouées au Cratère et au festival Itinérances, qui font respirer Alès, seront pérennisées avec leur même montant ?

Jean Denat : "Avec le même montant, je ne sais pas... Après il faudra voir avec la Région. Mais on restera partenaire et on continuera de les aider. J'ai un attachement particulier au Cratère, seule Scène nationale du département".

2 - Gilbert, 58 ans, Calvisson : N'avez pas honte de prendre pour slogan "Au travail pour le Gard" alors que le taux de chômage s'élève à 13,7 % !

J.D : "Ce sont les élus qui travaillent pour le Gard !"

3 - Léa, 27 ans, Nîmes : Avec une retraite de 700 euros, ma grand-mère Lucienne n'a pas les moyens de se payer une maison de retraite, et les places sont rares dans les maisons gérées par le public. Pouvez-vous l'aider ?

J.D : "Les maisons de retraite publiques coûtent 60€ par jour. C'est l'un des tarifs les moins élevés de la région. 1900 places d'accueil pour personnes âgées ont déjà été créées en 10 ans et deux maisons en partage ont été réalisés. Nous avons également réhabilité 85% du parc en 10 ans. Nous allons poursuivre dans ce sens. Je tiens à souligner que l'ouverture de maison de retraite ne dépend pas que de nous. Il faut aussi que l'Agence régionale de santé crée des emplois derrière".

4 - Antoine, 34 ans, Bagnols-sur-Cèze : Qu'allez-vous faire pour les associations de Prévention spécialisée (éducateurs de rue), dont les actions sont mises à mal par la baisse des subventions du conseil général du Gard… Des emplois risquent d'être supprimés, alors que les éducateurs font un travail colossal sur le terrain. Après les attentats de Charlie Hebdo, Manuel Valls a priorisé la prévention dans les quartiers… Qu'allez-vous faire ?

J. D. : "Le 16 décembre 2014, il y a eu une baisse des subventions de 11% (100 000 euros, NDLR) sur les 1,5 millions d'euros qui sont alloués à ces associations. Et puis après, il y a eu le 7 janvier et les analyses que nos avons portées sur le Djihadisme. J'ai gelé cette baisse et je souhaite mettre sur pied les assises de la Prévention spécialisée et poser des questions les yeux dans les yeux : quels sont les moyens ? Pour quels objectifs et quelle évolution ? La prévention envers les jeunes adultes est-elle suffisante ou faut-il intervenir encore plus en amont ? Je n'ai pas la réponse, je pose des questions. Quant à la droite, je tiens à signaler que nous sommes le seul financeur et que les villes d'Alès et Nîmes ne déboursent pas un centime !".

Lire aussi :

L'INVITE DE LA REDAC' Quiz : Jean Denat connait-il bien le Gard ?

L'INVITE DE LA REDAC' Personnalité et politique : Jean Denat face à la rédaction d'Objectif Gard

L'INVITE DE LA REDAC Jean Denat : ses propositions pour le logement

Eloïse Levesque

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais