Actualités
Publié il y a 8 ans - Mise à jour le 06.04.2014 - coralie-mollaret - 2 min  - vu 151 fois

NÎMES. Bijoutiful : découvrez les dernières tendances de l'été 2014…

D.R/C.M

A Nîmes, c'est le rendez-vous inconditionnel des mordus de la mode. Le salon Bijoutiful du Parc des expositions à Nîmes revient cette année pour sa neuvième édition. Au programme : 90 exposants sélectionnés sur dossier qui doivent offrir au 6.000 clients attendus du salon des idées de bijoux, sacs ou vêtements, originales à l'approche de l'été.

"Nous ne choisissons que des créateurs. Nous nous inscrivons dans la continuité de ce qui a été fait auparavant. Nous avons voulu conserver le même niveau d'excellence. Ici, il n'y a pas de revente. Cela donne le côté unique de certaines pièces, où du moins réalisées en petite série", explique la CCI (Chambre de Commerce et d'Industrie) qui a repris récemment les rênes de l'organisation.

Si aucun thème régit le salon, la chambre consulaire qui vient de reprendre la gestion le Parc des exposition met un point d'honneur à la diversité : "il en faut pour tous les goûts. Certes, ce sont les femmes qui composent l'essentiel de notre clientèle, mais nous avons aussi des stands destinés aux hommes".

Sylvie Foujanet, créatrice de sac dont l'imprimé est réalisé à partir d'une toile de peinture. D.R/C.M

Tendances de l'été 2014. Parmi les artisans qui attirent l'attention de ces dames, il y a d'abord les sacs de Sylvie Foujanet. Depuis un an et demi, celle qui partage sa vie avec l'artiste peintre nîmois Philippe Roussel, a décidé d'imprimer les oeuvres de son compagnon sur ses sacs en cuir italien : "tout le monde ne peut pas s'acheter des toiles, alors j'ai voulu que chaque femme porte un bout d'art sur elle", explique la créatrice.

Comptez 180 euros (170 euros spécialement pour le salon, NDLR) pour des pièces quasi uniques.

D.R/C.M

Autre originalité : les bijoux de tête. Influence des années Charleston, le vintage n'a pas dit son dernier mot et continue de faire la mode de ce printemps…

Alors, la créatrice parisienne Léatitia Konig continue d'imaginer des bijoux, colliers ou pièces destinés aux cheveux, réalisés à partir de vieilles montres à gousset. Original… Chinée dans des brocantes, elle donne une seconde vie à sa matière première en laiton. Ce "recyclage" n'est pas nouveau : au XVII et XVIIIème siècle, les montres Louis XIV étaient réutilisées en broche… L'histoire n'est-elle pas un perpétuel recommencement ?

Coralie Mollaret

Coralie Mollaret

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais