Actualités
Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 28.02.2020 - abdel-samari - 1 min  - vu 673 fois

NÎMES La préfecture de Corse s'exprime sur l'avenir de Soufiane et de sa famille

(Photo Anthony Maurin).

Après notre article ce jeudi soir sur Soufiane et sa famille qui veulent rester en France, les services de la préfecture de Corse viennent de nous écrire.

"Monsieur Sofiane Dahir enseignait la langue et la culture arabe dans le cadre d'une convention entre la France et le Maroc. Il s'agissait d'un contrat passé par le Royaume du Maroc, d'une durée limitée. Son contrat est arrivé à son terme en juin 2019 et n'a pas été renouvelé. Cette famille devait donc rejoindre son pays à l'issue de l'année scolaire 2019.

 

Cependant, les parents ont demandé à rester sur le territoire. En juillet 2019, la préfète rejetait cette demande en application du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile. Ce refus était assorti d'une obligation de quitter le territoire français dans un délai de 30 jours.

 

Les époux n'ayant pas préparé leur départ et ne démontrant aucune volonté de rejoindre le Maroc, une procédure d'éloignement forcé a dû être prononcée et exécutée le 18 février dernier.

 

Les parents ont demandé l'asile politique après leur transfert de la Corse via le département du Gard. La mère et les enfants ont alors été pris en charge et logés dans un hôtel, le père de famille étant maintenu en centre de rétention administrative sur décision de justice, en attendant que l'Office français de protection des réfugiés et apatrides se détermine sur leur demande."

Abdel Samari

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais