Actualités
Publié il y a 2 mois - Mise à jour le 25.09.2022 - anthony-maurin - 2 min  - vu 212 fois

NÎMES La société des membres de la Légion d'honneur a 100 ans

Au monument aux morts, square du 11 novembre, la Flamme du souvenir est ravivée (Photo Anthony Maurin).

Au pied des arènes, la solennité est de mise (Photo Anthony Maurin).

Marie-Françoise Lecaillon, préfète du Gard, a participé aux célébrations du centenaire de la société des membres de la Légion d’honneur (SMLH) ainsi qu'au ravivage de la flamme du soldat inconnu à Nîmes.

La société des membres de la Légion d'honneur offre depuis cent ans aux femmes et hommes décorés un cadre structurant au sein duquel chacun poursuit et approfondit son engagement individuel ou collectif au service de ses concitoyens. La commémoration de son centenaire est liée à deux rendez-vous. Le premier, raviver la Flamme du souvenir, le second la célébration du centenaire elle-même.

Autorités et jeunesse sont descendues dans la crypte du monument aux morts (square du 11 novembre) pour raviver la Flamme du souvenir. Deux jeunes issus des ateliers Défense et citoyenneté des collèges Capouchiné et Jean Rostand, en présence de Marie-Françoise Lecaillon, préfète du Gard, de l'amiral Alain Coldefy, de Guy Château, président gardois de la SLMH et du général Éric Ozanne.

L'amiral Alain Coldefy a pris la parole (Photo Anthony Maurin).

En effet, depuis le 11 novembre 1923, cette Flamme brûle jour et nuit devant le tombeau du soldat inconnu au pied de l'Arc de Triomphe. Symbole du sacrifice de toux ceux qui sont morts sur les champs de bataille pour que nous puissions continuer à vivre dans un pays libre, la raviver à Nîmes a ainsi son sens.

La flamme qui a servi à raviver la Flamme (Photo Anthony Maurin).

Depuis la Seconde Guerre mondiale, la flamme est également devenue le symbole de l'espérance dans

l'avenir, et de foi dans le destin de notre pays. Pour les jeunes générations, participer à la cérémonie de ravivage de la Flamme est avant tout un devoir de mémoire et un geste citoyen. Par leur présence, elles témoignent de leur volonté à entrer dans la communauté de citoyens dont elles seront bientôt les forces vives.

(Photo Anthony Maurin).

Dans un second temps, les participants se sont réunis au pied des arènes pour commémorer le centenaire de la SMLH. L’histoire de la section du Gard est calquée sur celle de la société des membres de la Légion d'honneur. Le comité de Nîmes nait en 1922 et fait partie de la 15e section dont le siège est à Marseille. Elle bénéficie dans son développement du fait que la ville de Nîmes a été la première garnison militaire de France.

La légion d'honneur (Photo Anthony Maurin).

Forte de plus de 400 adhérents, on retrouve au sein de la société plus de 350 légionnaires dont une cinquantaine d'officiers et une dizaine de commandeurs. Près de 50 membres associés ainsi qu'un membre étranger sont également à ajouter.

Les autorités (Photo Anthony Maurin).

Anthony Maurin

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais