Actualités
Publié il y a 11 mois - Mise à jour le 12.12.2021 - boris-boutet - 4 min  - vu 1300 fois

NÎMES OLYMPIQUE Découvrez les notes des Crocos contre Nancy

Anthony MAURIN

Moussa Koné a été excellent ce samedi (Photo Anthony Maurin). • Anthony MAURIN

Le lendemain de chaque match du Nîmes Olympique, la rédaction sport d’Objectif Gard vous propose une analyse des prestations individuelles des Crocos. Retour sur celles de Pascal Plancque et de ses hommes contre Nancy (2-1), ce samedi au stade des Costières. 

Le Croco clé

Elías Már Ómarsson (7/10) : Buteur et plutôt bon contre Quevilly, transparent à Rodez, l'attaquant islandais a confirmé ses bonnes dispositions au stade des Costières. Opportuniste pour reprendre en deux temps le bon centre d'Eliasson (27e), il a mystifié Latouchent côté gauche pour délivrer un caviar à Koné juste avant la pause (44e). Enfin régulièrement décisif, Ómarsson aurait-il trouvé son rythme de croisière ? Remplacé par Karim Aribi (84e) qui a pesé sur les dernières minutes.

Au cas par cas

Per Kristian Bråtveit (6/10) : Une fois de plus, il a fait le travail. Impuissant sur le but de Thiam (42e), Bråtveit était bien placé sur la tentative du même avant-centre nancéien (15e), avant de sortir une belle claquette sur un coup franc de Lefèbvre en fin de première période. Après la pause, il s'est notamment interposé devant Biron (53e), puis sur le coup franc de Haag (59e). Un match sérieux, sans exploit.

Patrick Burner (3/10) : Catastrophique en première période, le latéral nîmois s'est fait manger par le duo Ciss-Delos. De nombreuses occasions de l'ASNL sont passées de son côté, jusqu'au but de Thiam où il est clairement coupable d'avoir oublié Ciss dans son dos. Alors que ses percées offensives ont cette saison parfois compensé ses errements défensifs, Burner n'a cette fois jamais apporté le danger en contre-attaque. Souvent en retard ou à contretemps, il peut s'estimer heureux de ne pas s'être fait expulser pour ses nombreuses fautes grossières dans son couloir. À sa décharge, il n'a pas beaucoup été aidé par Benrahou, peu présent dans les replis défensifs. Remplacé par Enzo Philibert (90e).

Naomichi Ueda (6/10) : Parfois en difficulté face au très remuant Thiam, il est parvenu à remporter de nombreux duels aériens importants en seconde période et s'est montré plutôt précieux dans le jeu long.

Pablo Martinez (6/10) : S'il est loin d'avoir tout réussi, le capitaine nîmois a fait le job pour son retour. Quelques remontées de balles bien réussies et une relative sérénité dans les relances. Dans le dur ces dernières semaines, la charnière centrale s'est montrée un peu plus solide avec lui.

Gaëtan Paquiez (5/10) : Positionné sur son mauvais pied dans le couloir gauche, il a été peu en réussite avec le ballon mais a globalement mieux tenu que Burner face aux percussions de Biron. Remplacé par Kelyan Guessoum (66e) qui a lui aussi fait le boulot.

Yassine Benrahou (6/10) : Habitué à jouer par fulgurances, il s'est cette fois comporté en chef d'orchestre pendant la première période en multipliant les renversements de jeu. Des changements d'ailes qui ont d'ailleurs amené les deux buts nîmois. Plus tôt dans la partie, Benrahou avait déclenché les hostilités d'une frappe dangereuse mais non cadrée suite à un corner joué à deux avec Cubas (3e). Moins bon après la pause, il a souvent oublié les replis défensifs, laissant Burner en difficulté. Remplacé par Julien Ponceau (90e). 

Lamine Fomba (4/10) : Quelques récupérations intéressantes dans l'entrejeu mais énormément de déchet dans ses transmissions. Plusieurs de ses pertes de balles dangereuses auraient pu coûter cher aux Crocos. Un match à oublier.

Andrès Cubas (5/10) : Un peu mieux que son binôme au milieu de terrain, Cubas a réussi quelques interceptions et un ou deux changements d'aile intéressants. Mais son impact sur le jeu reste globalement insuffisant.

Niclas Eliasson (5/10) : Un premier bon centre pour Koné (22e), un second décisif pour Ómarsson (27e), l'ailier suédois a fait admirer sa patte magique. Pour le reste, il n'a pas réellement créé de différences dans son couloir. Peut mieux faire. Remplacé par Léon Delpech (84e).

Moussa Koné (7/10) : Avec une tête au-dessus en début de match, puis un but de renard avant la pause, sa première période était déjà de bonne facture. Que dire de sa seconde où il a été l'une des rares satisfactions de la bouillie de football proposée par les deux équipes. Un bon pressing ponctué d'un tir repoussé par Trott (77e) et surtout d'innombrables duels gagnés et de coups francs obtenus qui ont permis de faire remonter le bloc nîmois. Dommage qu'il ait été signalé hors jeu quelques minutes plus tôt alors qu'il filait au but. Un doublé aurait récompensé son match plein.

Le coaching - Pascal Plancque/Christophe Raymond (7/10) : L'association inédite au coup d'envoi de Koné et Ómarsson a amené beaucoup de présence dans la surface de réparation nancéienne. Si leur complémentarité pouvait poser question, ils ont prouvé ce samedi qu'ils étaient capables de se faire briller mutuellement. À revoir. Malgré l'avantage au score, le staff a fait le choix de conserver deux pointes jusqu'à la fin du match. Insuffisant pour se créer de véritables occasions de break, mais le message envoyé est intéressant.

L'arbitre - M.Lepaysant (4/10) : Dans un match très haché, il s'est d'abord montré (très) pédagogue n'avertissant pas Burner, Martinez et Benrahou qui auraient pu l'être en début de match. Par la suite, il a plutôt maîtrisé les débats. Alors qu'il aurait pu sortir le carton rouge au latéral droit nîmois pour une énième faute grossière dès la reprise, il a finalement expulsé le nancéien Lefebvre un peu sévèrement pour deux fautes en deux minutes (81e, 82e). La cohérence n'était pas toujours au rendez-vous.

L'adversaire - Nancy (4/10) : On annonçait les Lorrains malades, ils ne vont pas mieux après leur sortie aux Costières. Pourtant, avec les remuants Biron, Ciss et Thiam, les arguments offensifs ne manquaient pas. Mais sans caractère, extrêmement fébrile défensivement et incapable d'emballer le match après la pause, l'ASNL s'enfonce cette fois encore.

Le match (4/10) : Une première mi-temps vivante malgré des erreurs techniques, une seconde période totalement indigente ponctuée d'un festival de fautes. On ne retiendra que la victoire nîmoise.

Les joueurs sont notés à partir de 45 minutes de jeu. Le barème est le suivant : 0/10 : joueur expulsé ; 1/10 : match catastrophique ;  2/10 : Très mauvais match ; 3/10 : mauvais match ; 4/10 : match médiocre ; 5/10 : match correct ; 6/10 : assez bon match ; 7/10 : bon match ; 8/10 : excellent match ; 9/10 : match exceptionnel ; 10/10 : match parfait.

Boris Boutet

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais