Publié il y a 20 jours - Mise à jour le 09.05.2024 - Lïana Delgado - 2 min  - vu 1112 fois

NÎMES Pèlerinage de Santa Cruz : un moment de prière, de rencontre et de partage

La Sainte Vierge Santa Cruz. 

La Sainte Vierge Santa Cruz. 

- Lïana Delgado

Ce jeudi s’est déroulé le 59e pèlerinage de Notre-Dame de Santa Cruz. Organisé chaque Ascension, plus de 3200 personnes se sont rendues au sanctuaire du Mas de Mingue pour prier et se retrouver.

“Nous sommes plus que l’année dernière, l’évènement reprend de l’essor”, se réjouit un organisateur du pèlerinage. Plus de 3 200 personnes se sont rendues au sanctuaire du Mas de Mingue à Nîmes ce jeudi. Depuis le covid, moins de fidèles se massaient à l'événement. “Cette année, beaucoup de jeunes sont présents, c’est rare ! Ils viennent car leurs parents ou leurs grands-parents sont d’origine pieds-noirs”, explique un représentant de l’association nationale Les Amis de Notre-Dame de Santa Cruz. Il ajoute : “La jeunesse est contente de venir car le sanctuaire se trouve à Nîmes, mais nous sommes au milieu de grands espaces verts et c’est très accueillant.”

Le pèlerinage en famille 

Joseph Lorenzo a 80 ans. Il est pied-noir et vient de Sidi Bel Abbès, une commune d'Algérie. Il vit aujourd’hui en Ardèche et s’est marié avec Monique Lorenzo. “Nous venons tous les ans pour l'Ascension, pour prier Santa-Cruz. Elle était la Sainte Vierge du département d’Oran. Cette année, nous sommes venus en famille avec ma femme, ma fille, ma belle-fille, mes petits-enfants. C’est un moment de prière et de retrouvailles”, explique Joseph, bouleversé.

Pour la première fois, les petites-filles de Joseph Lorenzo se sont rendues ce jeudi au pèlerinage. “On sait que c’est important pour notre papy. En venant ici, il a des souvenirs de son enfance et de sa jeunesse. C’est émouvant de venir pour la première fois ici car c’est notre histoire”, révèlent les jeunes filles, émues.

"On pense à notre pays, l'Algérie"

Joseph se confie : “Ce qui m’émeut, c’est qu’on se retrouve avec toute une bande de pieds-noirs. On pense à notre pays, à l'Algérie et on se dit zut... On pourrait y être encore. On a refait notre vie en France alors ça va, enfin à l’époque là-bas c’était aussi la France… Mais le département d’Algérie, c’était notre enfance et notre jeunesse, c’est là d'où l'on vient”.

En 1965, la Vierge Santa Cruz a traversé la Méditerranée. Elle a été ramenée d’Oran à Nîmes. “Dans les années 80, nous avons recommencé à faire le pèlerinage de Santa Cruz avec ma femme. Ça a été l’occasion de retrouver des copains d’enfance que je n’avais pas revus depuis 1962. Ce sont des moments très chaleureux. J’ai fait de grandes retrouvailles qui se sont perpétrées pendant plusieurs années. C’était l’occasion de tous se retrouver à Nîmes”, se rappelle le pied-noir.

Pied-noir Joseph Lorenzo
Joseph Lorenzo accompagné de sa femme et de sa petite fille.  • Lïana Delgado

Sa femme confesse : “Quand il est revenu la première fois, c'était une démarche importante et très émouvante. Il avait occulté son histoire pendant plusieurs années car c'était trop douloureux pour lui. Cette fois-là, il a pu retrouver ses amis d'enfance et il a recréé des liens. Et chaque année, on l’accompagnait avec nos trois enfants.” Autrefois, les pieds-noirs venaient au pèlerinage avec des pancartes pour s’identifier en inscrivant leur village d’origine et leur nom de famille. “Et cette année nous avons la chance de revenir avec nos petits-enfants pour qu’ils découvrent ce lieu de paix”, conclut Joseph Lorenzo.

Lïana Delgado

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio