Actualités
Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 27.02.2020 - anthony-maurin - 1 min  - vu 3292 fois

NÎMES Soufiane et sa famille veulent rester en France

La mobilisation devant les grilles de la préfecture ce jeudi en fin de journée (Photo Anthony Maurin).

La famille de Soufiane (Photo Anthony Maurin).

Soufiane Dahir, sa femme Souad et leurs trois enfants Aya, Ali et Rida (12, 10 et 9 ans), sont actuellement en plein doute. En une semaine tout s'est écroulé...

Il y a dix jours, la petite famille avait un toit ajaccien. Les bambins allaient à l'école et leur vie française leur plaisait. Soufiane, le papa, avait donné pendant cinq ans des cours d'arabe dans les écoles primaires et pensait faire la même chose à Mantes-la-Jolie (78) où il venait de trouver un job.

Sa femme Souad avait elle aussi une promesse d'embauche mais, un matin de la mi-décembre, à 6h, la police aux frontières locale débarque. D'Ajaccio, les cinq membres de la famille sont transférés par avion à Nîmes où tout le monde a été incarcéré au centre de rétention administrative.

Rapidement libérés et frappés d'une assignation à résidence dans notre département, aujourd'hui, ils s'inquiètent. Le 115 leur a assuré un hébergement d'urgence dans un hôtel du coin, au jour le jour, jusqu'à mercredi dernier. Depuis, c'est la préfecture du Gard qui a pris le relais même si, selon nos informations, la mesure d'éloignement a été décidée par le préfet de Corse.

Soufiane a alors entamé une grève de la faim depuis samedi matin et compte ainsi pouvoir retrouver femme et enfants rapidement grâce au soutien et à la mobilisation du jour.

Anthony Maurin

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais