Actualités
Publié il y a 2 mois - Mise à jour le 28.09.2022 - yannick-pons - 2 min  - vu 386 fois

NÎMES Trois millions d'euros dans les quartiers, mais aucune force de l'ordre supplémentaire

Chloé Demeulenaere, Marie-Françoise Lecaillon, Jean-Paul Fournier, François Courdil (photo Yannick Pons) - Yannick Pons

Ce mardi 27 septembre 2022, Marie-Françoise Lecaillon, préfète du Gard et Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes, ont apposé leur paraphe sur un document validant une aide d'un montant de 2 974 710 € à l’endroit des quartiers prioritaires. Huit projets d'investissement seront ainsi financés par l'État.

La convention dotation politique de la ville a été augmentée par rapport à l'année précédente (2,7 millions d'euros) pour atteindre presque trois millions d'euros, grâce au nombre de projets amenés par la Ville notamment pour ce qui concerne les rénovations des stades du Chemin-Bas. La rénovation du sol synthétique du stade Jean Bouin va coûter au total 700 000 € H.T. Le complexe sportif, désormais la résidence du club de football du Chemin-Bas, sera rénové "à hauteur de leurs ambitions puisqu'on les a tous suivis lors de la dernière Coupe de France", rappelle la préfète. Le city-stade Pelatan sera refait également en synthétique à hauteur de 200 000 € HT.

Aménagements

La convention prévoit également la réhabilitation des bâtiments scolaires et la poursuite du dédoublement des classes dans tous les quartiers prioritaires pour un coût total de 1 346 149 € H.T. Dans le quartier Pissevin/Valdegour, l'aménagement d'un jardin pédagogique à la Colline aux oiseaux pour un coût total de l'opération HT de 5 774 €, ainsi que d'une aire de jeux pour enfants à la Colline aux oiseaux pour 95 765 € H.T., et d'un jardin partagé à l'arrière de la place Pierre de Fermat pour 23 746 € H.T. Au Mas de Mingue, l'aménagement des abords du collège Ada Lovelace 2e tranche (esplanade et espace paysager) est acté pour 450 000 € H.T. ainsi que l'aménagement du jardin des Mimosas pour 1 100 000 € H.T. Dans le département du Gard, les villes de Nîmes, Alès, Bagnols-sur-Cèze et Saint-Gilles bénéficient également du dispositif. L'enveloppe totale départementale s'élève à 4 879 858 €.

Une lettre à Élisabeth Borne

Les quartiers prioritaires seront donc rénovés, mais les questions de sécurité restent en suspens puisque le maire de Nîmes souhaite récupérer quelques-uns des 8 500 policiers et gendarmes supplémentaires annoncés par Gérald Darmanin. "Ces travaux auront un impact plus que positif sur nos quartiers. Ils devront toutefois, et je me permets d'insister, être accompagnés d'actions concrètes et fortes en matière de mixité sociale et de sécurité. On peut regretter que M. Darmanin ne nous ait pas adressé plus de forces de police, alors j'ai fait une démarche auprès de la première ministre", lance Jean-Paul Fournier à l'endroit de la préfète, Marie-Françoise Lecaillon. La représentante de l'État de répondre immédiatement "que le nombre de policiers à Nîmes a beaucoup augmenté", avant de lâcher le chiffre de 29 policiers déjà arrivés. Selon Jean-Paul Fournier, une lettre en ce sens aurait été adressée à Élisabeth Borne. À suivre.

Yannick Pons

Yannick Pons

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais