Publié il y a 12 jours - Mise à jour le 01.06.2024 - Thierry Allard - 3 min  - vu 195 fois

ORANGE Un nouveau film immersif en réalité virtuelle au Théâtre antique

Capture du film "Les Secrets du théâtre, un voyage inattendu"

- Image : Edeis/AGP

« Une prouesse visuelle et sonore » : les mots de la directrice du Théâtre antique d’Orange, Mathilde Moure, au moment de présenter le nouveau film immersif du monument romain en disent long sur l’ambition d’Edeis, le délégataire en charge de sa gestion.

Car après un premier film immersif en 2018, Edeis a voulu transformer l’essai avec un nouvel opus « à la durée doublée (il fait désormais douze minutes, NDLR), intégralement en 360 degrés, en très haute qualité, et pour la première fois proposé aussi en anglais », poursuit Mathilde Moure. Ce film a pour titre « Les Secrets du Théâtre, un voyage inattendu » et met le spectateur dans les pas de Jade, une jeune femme qui visite le Théâtre antique à notre époque et se retrouve téléportée à l’âge d’or du monument, à l’époque romaine, guidée à travers les coulisses par un Théâtre antique personnifié par une voix-off.

Confié, comme le premier film, à l’entreprise spécialisée Art graphique & Patrimoine (AGP), il a été réalisé avec un comité scientifique comprenant des spécialistes de l’antiquité romaine issus du Centre interdisciplinaire de réalité virtuelle (CIREVE) de Caen et écrit et réalisé par deux auteurs spécialisés dans la narration immersive Benjamin Hoguet et Léa Ducré. « Ça a été un vrai challenge, dix mois de travail dont six mois de conception », pose Frédéric Gourdet, chef de projet numérique chez AGP. L’enjeu était de proposer un film immersif qui soit pertinent au niveau historique, mais pas assommant. « Il y a beaucoup d’informations en douze minutes, mais à contrepied du premier film qui était très pédagogique, là il y a un vrai storytelling », reprend-il.

Au fil de l’histoire donc, on en apprend par exemple sur la machinerie du Théâtre antique : « nous avons travaillé sur quelques hypothèses que nous avons testées sur le vélum (l’ensemble de rideaux amovibles couvrant le haut du Théâtre antique, NDLR), en échangeant avec une historienne », explique Sébastien Le Gall, directeur artistique du projet. Des personnages d’époque, notamment une bacchante, ont été restitués le plus fidèlement possible, et AGP a eu recours à de l’intelligence artificielle, combinée aux consignes d’une historienne, pour reconstituer les décors des périactes, ces éléments de décors scéniques triangulaires pivotants.

Il en va de même pour le son : en s’appuyant sur les chercheurs du projet SONAT, pour Sons, acoustique et architecture d’un théâtre antique, un solo de tibia, instrument à vent antique, a été reconstitué, tout comme la réverbération du son dans plusieurs lieux du Théâtre antique. Quant aux mouvements des personnages, en premier chef de Jade, interprétée par la comédienne Elise Pettigrew, ils ont été reconstitués en motion-capture, c’est-à-dire que les comédiens ont été équipés d’une combinaison capturant leurs mouvements.

La comédienne Elise Pettigrew en pleine séance de motion-capture • Photo : Edeis/AGP

Pour profiter au mieux de l’expérience, le spectateur doit chausser un casque de réalité virtuelle et un casque audio binaural. Et, puisque la réalité virtuelle s’accompagne chez certains du « motion sickness », qu’on peut rapprocher du mal des transports, les concepteurs ont évité les effets trop longs ou les travellings. Pour être sujet au « motion sickness » et avoir testé le film, l’auteur de ces lignes peut confirmer que ces efforts n’ont pas été vains.

Pour Edeis, ce film est « un vecteur complémentaire de la visite traditionnelle, une nouvelle manière d’appréhender le monument, d’attirer de nouveaux publics avec cette approche ludique et moderne, et aussi favoriser la revisite du monument », explique Mathilde Moure. De quoi justifier un investissement d’environ 200 000 euros dans le projet. Il faut dire que le premier film a connu une belle carrière, avec plus de 70 000 spectateurs. « En 2018, nous pensions que 5 % des visiteurs iraient voir le film, et finalement nous avons été à 15 % de moyenne, avec des pics à 20 % », affirme la directrice du Théâtre antique, qui espère au moins faire aussi bien avec « Les Secrets du Théâtre ».

Le film est accessible dès ce jeudi 30 mai avec un supplément de 5 euros au tarif du ticket d’entrée classique, tous les jours, toutes les trente minutes de 9h30 à 18 heures.

Thierry Allard

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio