Actualités
Publié il y a 3 ans - Mise à jour le 04.07.2019 - philippe-gavillet-de-peney - 3 min  - vu 1144 fois

VIE QUOTIDIENNE Ce qui a changé au 1er juillet

Contrôles, techniques, tarifs du gaz, encadrement des loyers... Revue non exhaustive des changements intervenus.

Les tarifs réglementés de vente de gaz d’Engie baissent de 6,8 % en moyenne (Photo d'illustration : DR)

Si juillet fait immanquablement penser aux vacances, chaque année c'est aussi le mois où interviennent plusieurs échéances sociétales initiées par le Gouvernement. Voici les principales décisions qui ont été mises en oeuvre le 1er juillet (*).

Revalorisation des allocations chômage

Les montants de l’allocation minimale, de la partie fixe de l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) et du seuil minimum de l’ARE pour les allocataires effectuant une formation sont revalorisés de 0,70 % . Cette hausse concernera environ 2,6 millions de personnes, soit près de 94% des demandeurs d’emploi indemnisés par l’assurance chômage, précise l’Unédic.

Plafonnement des frais d’incidents bancaires pour les clients fragiles

Les personnes en situation de fragilité financière ayant souscrit une offre spécifique auprès de leur établissement bancaire pourront bénéficier d’un plafonnement des frais d’incidents bancaires à hauteur de 20 € par mois et de 200 € par an. Pour rappel, les banques françaises s'étaient engagées à respecter cet engagement pris auprès de pouvoirs publics au plus tard le 30 juin 2019. Pour en savoir plus sur l’offre spécifique accordée aux personnes en situation de fragilité financière

Une prime pour les services d’urgence

Le personnel dit non-médical qui travaille dans les services d’urgence (infirmiers, aides-soignants, ambulanciers, etc.) bénéficiera à partir du 1er juillet d’une indemnité forfaitaire de risque, qui s’élève à 118 euros brut par mois. Cette prime concerne environ 30 000 fonctionnaires hospitaliers.

Contrôle technique : le diesel dans le collimateur

Le renforcement, au moment du contrôle technique, du test antipollution sur les véhicules diesel est entré en vigueur au 1er juillet 2019. De fait, il s’agira de vérifier que le véhicule n’émet pas plus de fumée que lorsqu’il était neuf. Avec la possibilité, dans le cas contraire, de devoir procéder à une réparation. Cette mesure concerne uniquement les diesels immatriculés après 2005. Pour en savoir plus :  https://www.economie.gouv.fr/particuliers/controle-technique-vehicules. 

Véhicules électriques ou hybrides : faites du bruit !

Les véhicules hybrides aussi ont droit à du changement. Selon une nouvelle réglementation européenne, les constructeurs automobiles ont l’obligation d’équiper leurs véhicules électriques ou hybrides d’un “système d’avertissement acoustique”. Afin de signaler leur présence aux piétons, ils devront émettre un volume sonore d’au moins 56 décibels lorsqu’ils circuleront à moins de 20 kilomètres/heure.

Prêt Éco-PTZ

À compter du 1er juillet 2019, l’écoprêt à taux zéro (éco-PTZ) évolue et il est étendu aux logements de plus de 2 ans au moment du début des travaux (seuls ceux construits avant le 1er janvier 1990 étaient jusqu’alors concernés).

Tarifs du gaz

Les tarifs réglementés de vente de gaz d’Engie baissent de 6,8 % en moyenne au 1er juillet 2019 par rapport au barème en vigueur en juin 2019. Les tarifs “sont en baisse de 6,8% en moyenne par rapport aux tarifs en vigueur depuis le 1er juin 2019”, précise par ailleurs la Commission de régulation de l’énergie. Informations supplémentaires : https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A13473

Drones et permis de chasse

À partir du 1er juillet 2019, des notices d’information devront être fournies avec les drones mis à la vente lesquelles devront notamment comporter les 10 règles à suivre pour toute utilisation de loisir. Le permis de chasse se renouvelle également à partir du 1er juillet. Renseignements : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/drones-usages-professionnels

Congé paternité pour bébés hospitalisés

Les papas d’un bébé hospitalisé après la naissance dans une unité de soin spécialisés pourront prendre un congé paternité indemnisé de 30 jours calendaires dans les quatre mois qui suivent l’accouchement. Actuellement, le congé paternité est de 14 jours.

* Source : economie. gouv.fr

Philippe Gavillet de Peney

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais