Faits Divers
Publié il y a 10 ans - Mise à jour le 16.01.2012 - stephanie-marin - 1 min  - vu 277 fois

ALÈS : LE QUARTIER DE ROCHEBELLE VICTIME D'UNE VAGUE D'INCENDIES SUITE À L'INTERPELLATION D'UN TENANCIER

Le quartier de Rochebelle à Alès est le témoin de ce que l'on pourrait qualifier d'une rébellion massive. Depuis une semaine, un groupe de personnes, encore non-identifiées, exprimeraient leur colère en mettant le feu à des voitures, des Algecos sur des chantiers ou encore des containers-poubelles. Une vague d'incendies qui selon la police, serait une réponse à l'interpellation mouvementée du tenancier du bar alésien "Le Sagittaire" par les policiers de la BAC (Brigade Anti-Criminalité) dans la nuit de mardi à mercredi 11 janvier.

Rappel des faits. Cette nuit-là, les agents de la BAC qui tentaient d’interpeller le consommateur de produit stupéfiant en ont été empêchés par le gérant de l’établissement, âgé d'une quarantaine d'années qui, de son côté, a essayé de mettre dehors les policiers en exercice. D'après la police, en plus de la violence de ses gestes, des insultes ont été proférées par le tenancier qui a ainsi été placé en garde à vue pour "outrages et rébellion" à l’endroit des forces de l’ordre. Entendu par les policiers, l'homme aurait reconnu être lui-même un consommateur de stupéfiants.

Le lendemain du placement en garde à vue du tenancier, lors d'une perquisition, le "chien policier" avait marqué un emplacement dans l'arrière-boutique du bar, qui aurait vraisemblablement servis de cachette pour entreposer des produits stupéfiants.

Remis en liberté suite à sa garde à vue, l'homme sera jugé par le tribunal correctionnel d’Alès le 2 mars prochain, et risque par ailleurs une fermeture administrative qui pourrait s’étendre de 15 jours à deux mois.

Stéphanie Marin

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais