Faits Divers
Publié il y a 2 mois - Mise à jour le 27.09.2022 - boris-de-la-cruz - 1 min  - vu 11328 fois

GARD Convoqué au tribunal de Nîmes, il se rend à celui d'Avignon et écope d'un mandat d'arrêt

Photos illustration palais de justice Nîmes (Photo Yannick Pons) - Yannick Pons

Un homme de 24 ans, qui était convoqué devant le tribunal correctionnel de Nîmes vendredi dernier, est arrivé avec près de trois heures de retard. Alors que l'ensemble des prévenus libres devaient se présenter à l'audience de 9h, il est arrivé au moment où le président clôturait les débats à 11h45 !

Pas de chance pour cet homme poursuivi pour "outrage, rébellion, port d'arme, et usage de stupéfiants" qui a expliqué, pour justifier son retard, qu'il arrivait du tribunal d'Avignon. Il pensait en effet qu'il devait comparaitre là-bas. Une "erreur" qui lui coûte cher, car le président nîmois avait jugé son dossier en son absence.

Il faut savoir que lors de son déferrement en avril dernier, le parquet de Nîmes lui avait parfaitement indiqué le jour et le lieu de son jugement, ainsi que l'horaire. Il était de plus sous contrôle judiciaire après les faits survenus à Bagnols-sur-Cèze. Durant son absence, il a écopé d'une peine d'un an de prison ferme et d'un mandat d'arrêt. Quand la décision est rendue, il n'y a plus de possibilité de revenir sur la sanction. Le jeune homme, déjà connu pour 18 condamnations, est donc sous le coup d'une incarcération immédiate... à laquelle il pourra ensuite faire appel. Mais en attendant il devra purger sa peine.

B.DLC 

Boris De la Cruz

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais