Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 17.04.2024 - Boris De la Cruz - 2 min  - vu 14945 fois

GARD Une assistante maternelle incarcérée après avoir secoué un bébé de 3 mois

Une jeune assistante maternelle a été mise en examen et placée en détention provisoire après des violences sur un nourrisson. 

Cette jeune mère de famille, âgée de 24 ans, est mise en examen pour des faits criminels de "violence sur un mineur de moins de 15 ans, suivie d'une mutilation ou d'une infirmité permanente". Sans casier judiciaire jusqu'aux faits reprochés sur cet enfant, elle a été placée en détention provisoire il y a quelques jours, début avril précisément.

Les faits ont été signalés fin mars dernier par des parents qui ont emmené leur enfant en consultation. Un pédiatre qui a confirmé le syndrome du bébé secoué. Des parents qui ont rapidement mis en cause l'assisante maternelle qu'ils avaient embauché trois semaines auparavant pour s'occuper du nourrisson. Une "nounou", vivant dans le secteur de Vauvert, qui ne parvenait pas à calmer "les pleurs incessants" du bébé et qui avait échangé 283 sms avec la maman de la petite victime en trois semaines de garde. D'ailleurs l'assistante maternelle a avoué à son compagnon :  " j'ai fait la conne, j'ai secoué le bébé", ont retrouvé les enquêteurs de la gendarmerie lors des investigations sur le téléphone de la jeune femme. À plusieurs reprises elle avait indiqué lors de messages qu'elle ne parvenait pas à calmer les pleurs. Elle aurait secoué l'enfant à deux reprises en une semaine selon ses explications devant les enquêteurs. 

Les parents avait constaté un changement de comportement radical de la part de l'enfant depuis qu'il était gardé par cette jeune femme. "Une grande somnolence, une attitude léthargique et des vomissements répétés et inhabituels", indique l'enquête.

La mise en cause est par ailleurs, mère de deux petits, et elle s'occupait comme assisante maternelle de deux autres enfants. Tous les autres enfants dont elle avait la "charge" ont été expertisés par des médecins et ne sont pas concernés par des faits de violences.

Le bébé secoué n'est plus en danger vital, mais on ne connaît pas pour l'instant les éventuelles séquelles à long terme. 

Boris De la Cruz

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio