Faits Divers
Publié il y a 1 an - Mise à jour le 04.08.2021 - boris-de-la-cruz - 1 min  - vu 799 fois

NÎMES Corridas dans les arènes : la SPA fait appel, nouveau procès contre Casas, Vicens et Jean-Paul Fournier

Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes et Simon Casas, délégataire des arènes (Photo Archives Anthony Maurin).

La Société protectrice des animaux (SPA) vient de décider de faire appel du jugement rendu par la tribunal correctionnel de Nîmes il y a quelques jours. La Société Protectrice des Animaux avait été déboutée de son action judiciaire devant le juridiction pénale nîmoise. L'association devait aussi payer les frais de procédure, soit 4 000 euros à verser au maire de Nîmes, Jean Paul Fournier, à Léa Vicens et à Simon Casas.

La SPA veut donc un nouveau procès, et a décidé ce mardi 4 août de faire appel de la décision. L'association dénonçait des « sévices graves ou actes de cruauté envers un animal domestique ou apprivoisé ou captif ». Dans la ligne de mire de l’association de protection des animaux, les corridas qui se déroulent dans les arènes de Nîmes. Elle avait déposé plainte directement devant le tribunal par citation directe.

L'association a dénoncé à l’audience un « spectacle barbare émanant d’un autre temps ». En réplique les avocats de Léa Vicens, du maire de Nîmes et de Simon Casas, tous les trois visés par la plainte, ont plaidé une action judiciaire qui ne serait qu’un coup de pub de la SPA devant la justice.

« La SPA utilise le tribunal pour sa propre communication, on vous traîne devant une juridiction pénale juste pour le spectacle », avait dénoncé le bâtonnier Jean Pierre Bigonnet. Un nouveau procès sera donc programmé d'ici la fin de l'année devant la cour d'appel correctionnelle.

Boris De la Cruz

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais