Faits Divers
Publié il y a 2 mois - Mise à jour le 28.11.2022 - Boris De la Cruz - 1 min  - vu 850 fois

NÎMES Relaxe pour l'agent de sécurité de la gare soupçonné de violences et de dégradations

Une altercation à la gare de nîmes ermine au tribunal

Photo dr

Difficile parfois pour un agent de sécurité de ramener à la raison des personnes énervées et qui veulent en découvre pour un motif futile. C'était le cas le 15 avril 2022 dans le hall de la gare de Nîmes.

"Il est toujours calme en intervention, il a utilisé la force nécessaire face à un homme qui s'énervait et qui le provoquait", estime maître Jean-François Corral, l'avocat de l'agent de sécurité renvoyé ce lundi matin devant le tribunal de police pour "violences" et "dégradations".

"La victime se rend à la gare avec une trottinette et veut rentrer avec", souligne la présidente du tribunal en résumant les faits. L'usager n'aurait pas supporté la remarque d'un employé de la gare et aurait commencé à monter en pression. Il n'est pas à l'audience et n'est pas représenté. Ce dernier serait ensuite revenu un peu plus tard pour se figer devant un vigile, le provoquer et même le filmer avec son téléphone portable. 

L'agent aurait mis sa main devant en le repoussant énergiquement, le téléphone est tombé selon des explications fournies à l'audience. Son vis-à-vis a saisi la justice pour les dégradations et les violences. 

"Un agent de sécurité est soumis à une pression régulière. Les faits de violences sont difficilement soutenables", pour le représentant du parquet de Nîmes qui estime par contre que les dégradations sont caractérisées. Le tribunal a estimé qu'il fallait relaxer le mis en cause concernant les deux infractions reprochées. 

Boris De la Cruz

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais