Faits Divers
Publié il y a 7 ans - Mise à jour le 22.01.2015 - tony-duret - 1 min  - vu 167 fois

NÎMES Ses chiots étaient enfermés et sous-alimentés, le propriétaire derrière les barreaux

C'est ici que les chiens étaient enfermés. DR

C'est un signalement d'une enquêtrice de la SPA qui a permis l'interpellation d'un homme de 26 ans. L'enquêtrice avait remarqué des annonces sur Facebook sur lesquelles un homme proposait à la vente des chiots de première catégorie contre 350€. Le groupe d'appui judiciaire du service de sécurité de proximité de Nîmes, en collaboration étroite avec l'unité canine de la police municipale, procède à l'interpellation du mis en cause et découvre, lors de la perquisition, un couple de chiens de type American Staff (chien de première catégorie) ainsi qu'un chiot, non inscrits au Livre des Origines Françaises (LOF), un registre où sont répertoriées les origines des chiens français de race.

Les chiots enfermés. DR

Les animaux vivaient enfermés dans des conditions d’hygiène et de salubrité déplorables. Ils semblaient également sous-alimentés. Au cours de son audition, le jeune homme a reconnu la vente de deux portées mais a fait part de son ignorance de la législation. A l'issue de sa garde à vue, il a été présenté et devra répondre de ses agissements devant le tribunal correctionnel de Nîmes le 17 février prochain. Connu des services de police, il a été écroué dans l'attente de son procès. Les chiens, eux, ont été pris en charge.

Tony Duret

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais