Publié il y a 1 an - Mise à jour le 13.05.2023 - B.DLC - 2 min  - vu 17524 fois

SAINT-DIONISY 3 morts par arme à feu ce samedi, la procureure fait le point sur l'enquête

Trois morts par arme à feu à la salle de sport

Photo archive Objectif Gard: la procureure de Nîmes, Cécile Gensac était sur place ce samedi avec trois morts par arme à feu. 

Ce samedi 13 mai, vers 13h, un homme a fait feu sur son ex-compagne et un autre homme. Le tireur a ensuite retourné l'arme contre lui. La procureure de Nîmes, Cécile Gensac a supervisé sur place l'enquête durant toute l'après-midi et fait le point....

Ce samedi 13 mai aux alentours de 13h, les gendarmes de la brigade de Calvisson ont appris que des coups de feu avaient résonné aux abords de la salle de sport de Saint-Dionisy.

"Sur place, ils trouvaient trois personnes décédées : une femme et deux hommes. Les premiers éléments permettaient d’envisager un double homicide suivi d’un suicide de l’auteur. Les victimes pourraient être l’ex-compagne et la nouvelle relation de celle-ci. Les faits se déroulaient à l’extérieur de la salle de sport, par tirs d’arme à feu en présence de quelques témoins", indique Cécile Gensac, procureure de la République de Nîmes. 

La magistrate a confié les investigations au groupement de gendarmerie du Gard et à la section de recherches de Nîmes. Immédiatement sur place, les techniciens d’investigation criminelle de la gendarmerie ont relevé l'emsemble des indices sur plusieurs secteurs du complexe sportif privé où est survenu le drame. Le médecin légiste du CHU de Nîmes est resté de nombreuses heures sur place.

"Des investigations sont parallèlement en cours afin de reconstituer l’environnement familial et d’auditionner les témoins. Une cellule d’urgence médico-psychologique a été mise en place au profit des témoins et des proches. L’enquête est diligentée du chef d’assassinats", selon le patronne du parquet de Nîmes. "Les victimes sont respectivement âgées de 27 ans pour la femme, 60 ans pour la seconde victime et 51 ans pour le mis en cause. Aucune procédure pénale n’était en cours pour des faits relatifs aux relations dans le couple", ajoute la procureure Cécile Gensac.

Les témoins présents dans la salle de sport du village de la Vaunage ont été pris en charge par une cellule psychologique installée à la mairie du village, avec pompiers et personnel du SAMU de Nîmes. Des témoins qui ont également été auditionnés par les enquêteurs qui cherchent à comprendre les circonstances précises d'un tel passage à l'acte...

B.DLC

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio