Publié il y a 1 an - Mise à jour le 17.04.2023 - Boris De la Cruz - 3 min  - vu 1611 fois

SAINT-GILLES La jeune femme joue l’appât : traquenard à la machette et trois coups de couteau

Le procureur Philip Ughetto évoque un traquenard

photo B.DLC/ Le procureur Philip Ughetto évoque un traquenard 

Elle a voulu tendre un piège à son ex-compagnon. Ce dernier a reçu trois coups de couteau. La jeune femme, son nouveau compagnon et son ex étaient convoqués au tribunal correctionnel de Nîmes vendredi 14 avril. 

« Viens, viens vite s’il te plaît », demande la jeune femme en s’adressant par sms à son ancien compagnon. Ce dernier a bloqué le numéro de son ancienne compagne et ne veut plus entendre parler d’elle après six ans de relation et une séparation houleuse.

« Finalement, j’y suis allé pour une dernière explication », affirme-t-il. Un rendez-vous dans un jardin discret à l'écart de Saint-Gilles à 4h30 du matin ce 23 octobre 2022, une rencontre qui ne pouvait que déraper. Car à la place de son ex-compagne, le jeune homme fait face au nouveau compagnon de madame qui d’emblée l’agresse. Un jeune, à peine âgé de 18 ans, qui veut donner une leçon à son adversaire, une bombe lacrymogène à la main et un couteau dans l’autre. Il parviendra à frapper à trois reprises au couteau la victime.

Elle contacte son ex avec un faux numéro

« Votre ex-compagnon avait bloqué vos numéros et vous avez utilisé un faux compte pour entrer en contact avec lui. Il ne veut pas venir et ne veut plus entendre parler de vous et vous lui dites "viens vite" », interroge la présidente du tribunal correctionnel en charge de ce dossier de violences réciproques.

« Je ne pensais pas que la situation irait aussi loin », essaie de convaincre la jeune femme qui aurait agi ainsi pour se venger de son ex qui était violent avec elle et dont elle aurait une peur bleue, selon ses dires à l’audience. Elle ira même jusqu’à demander à la barre du tribunal un téléphone grave danger. Une jeune femme qui n’a jamais déposé plainte ou une main courante pendant les six ans de relation avec son ancien ami et qui affirme par le biais de son conseil, maître Jean-Michel Rosello, que suite à la séparation, "elle est restée 5 mois cloîtrée chez elle".

Un véritable traquenard monté par madame selon le procureur

Peut-être « mais ce soir-là, elle a décidé de monter un traquenard. Elle a armé le bras de son nouveau compagnon », accable le vice-procureur, Philip Ughetto. Au départ, le dossier était criminel et ouvert pour tentative de meurtre, car des coups de couteau ont touché la victime en sang qui parvient quand même à maîtriser son agresseur sur qui « mon sang coulait sur son visage ». Une victime qui partira blessée du traquenard.

Un homme blessé dans sa chair qui part pour mieux revenir dans un second temps et retrouver les auteurs de l'agression. Il sait où jouer le match retour. Il retrouve son ex-compagne et le petit ami de celle-ci et « va revenir armé d’une machette dont la lame fait 30 centimètres », selon le procureur qui demande condamnation pour le trio de « cette vengeance privée ».

Il venait juste pour discuter

« Mon client n’est pas arrivé avec de mauvaises intentions, mais seulement pour discuter une dernière fois avec son ex-petite amie. C’est elle qui a tendu le piège, c'est elle qui est la manipulatrice », tonne maître Estelle Marques-Freire. « Et elle a le culot aujourd’hui de réclamer le téléphone "grave danger" », poursuit l’avocate nîmoise.

« Parce que cette jeune femme a vécu un cauchemar avec des violences régulières de son ancien petit ami. Elle en a parlé à son nouveau compagnon comme seul recours à ce cauchemar. Et ce jeune homme, âgé de 18 ans, ne prendra pas le recul nécessaire. Il va foncer tête baissée pour défendre celle qu’il aime », plaide maître Rosello.

Au final, madame est condamnée à 2 ans avec un sursis probatoire. Son nouveau compagnon, auteur de trois coups de couteau, écope de 3 ans dont 2 années avec un sursis probatoire. L’année ferme sera effectuée sous bracelet électronique. Le dernier mis en cause, qui a voulu se faire justice lui-même en revenant avec la machette, est condamné à 12 mois de prison ferme qu’il effectuera lui aussi sous bracelet électronique.

Boris De la Cruz

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio