Bagnols-Uzès
Publié il y a 1 an - Mise à jour le 08.08.2021 - marie-meunier - 3 min  - vu 969 fois

MADAME/MONSIEUR Thérèse Banino : "Jean-Louis est une grande gueule mais il a souvent raison"

Thérèse et Jean-Louis Banino ont fêté ce jeudi leurs noces d'or. (DR)

Tout l’été, Objectif Gard vous propose une galerie de portraits non pas des femmes et hommes politiques de notre département, mais de leurs conjoints. Un pas de côté qui permet de mieux comprendre les coulisses de l’engagement politique. Aujourd’hui, rendez-vous avec Thérèse Banino, épouse de Jean-Louis Banino, maire des Angles.

Ce jeudi, Jean-Louis et Thérèse Banino ont célébré leurs 50 ans de mariage. "Ça fait un petit moment, y a de la route", plaisante la femme de celui qui est maire des Angles depuis 2008. Le couple s'est rencontré très jeune. Thérèse et ses parents ont emménagé dans le même immeuble que Jean-Louis : "C'est comme ça que les choses se sont engagées. On s'est mariés à Villeneuve ensuite."

Ces deux enfants du cru n'ont jamais quitté leurs racines. Elle est née à Avignon, lui à Villeneuve. Depuis toujours, Jean-Louis Banino s'intéresse à la vie politique locale. Plus que sa femme qui finira par y prendre au goût, entraînée par son mari. À la trentaine, Jean-Louis Banino vit ses premières élections locales en 1983. Il occupe d'abord le siège de conseiller municipal, puis d'adjoint et enfin de maire depuis 2008. "Je l'ai soutenu, on partage beaucoup d'idées même si on n'était pas toujours du même avis", exprime Thérèse Banino.

Son mari est bien connu dans le Landerneau politique pour son côté "grognard", jamais la langue dans sa poche. Quand il a quelque chose à dire, ça sort et pas toujours avec les formes. "Il a un caractère très fort, c'est une grande gueule, mais il a souvent raison quand il se met en colère. Il tape du poing sur la table, il affirme son opinion", lance sa femme. Quitte à faire fuir tout potentiel adversaire aux dernières municipales...

Un fils marchant dans les pas de son père

Alors que Jean-Louis Banino se partageait entre son métier de cadre et son mandat, Thérèse reste à la maison et élève leurs deux enfants : Carine et Jérôme. Aujourd'hui, tous deux sont grands et eux-mêmes parents. Mais la passion pour la politique a traversé les générations. Jérôme Banino tend à reprendre le flambeau paternel : il est maire de Saint-Symphorien-sur-Coise, une petite commune de la région lyonnaise, et a récemment été élu conseiller régional dans les rangs de Laurent Wauquiez.

Chez les Banino, la politique s'invite parfois dans les conversations : "On essaye de cloisonner pour ne pas entendre parler de ça tout le temps quand même. Mais quand on parle, je ne prends parti sur rien. Jean-Louis ne me confie que ce qu'il a envie de dire." En tant que femme du maire, Thérèse Banino accompagne souvent son mari lors de grands événements publics. Le côté représentation n'est pas celui qu'elle préfère mais elle s'en accommode très bien.

"Quelque part, on appartient un peu aux gens"

"Quand on va boire un café en terrasse, on se fait souvent aborder. Mais c'est toujours très gentil. Quelque part, on appartient un peu aux gens, ils ont envie d'être près de nous. C'est très agréable", philosophe-t-elle. Les mots sont plus durs, plus faciles, sur les réseaux sociaux : "Derrière son écran, il est très facile de critiquer. Je prends cela avec beaucoup de distance sinon on s'en rend malade", balaye Thérèse.

Maintenant, le couple enclenche la pédale douce. Élu depuis 1983, Jean-Louis Banino entame son troisième et dernier mandat comme premier magistrat des Angles. Il est aussi resté six ans dans l'opposition au conseil départemental du Gard, avec Pascale Bories. Depuis un an, il a hérité de la vice-présidence aux Ressources humaines à l'Agglomération du Grand Avignon.

Un parcours bien rempli mais qui demande beaucoup de travail. Alors, en 2026, Jean-Louis Banino aura 73 ans et rendra son tablier définitivement. "Il faut se reposer et laisser la place aux jeunes et aux nouvelles idées. Cette vie au côté de Jean-Louis m'a permis de faire beaucoup de choses, de rencontrer du monde, pas toujours du même parti politique. C'était très enrichissant", conclut son épouse, en attendant l'écriture d'un nouveau chapitre, loin de l'hôtel de ville.

Marie Meunier

Marie Meunier

Bagnols-Uzès

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais