Publié il y a 27 jours - Mise à jour le 03.05.2024 - Thierry Allard - 2 min  - vu 2741 fois

PONT-SAINT-ESPRIT Gérome Bouvier « met les choses au clair » sur son appartenance politique

Gérome Bouvier, accompagné de plusieurs de ses colistiers, est sorti du silence jeudi soir sur son appartenance politique

- Photo : Thierry Allard

La liste « Demain Pont-Saint-Esprit », conduite par Gérome Bouvier et élue dimanche lors de l’élection municipale partielle intégrale de la deuxième ville du Gard rhodanien, donnait ce jeudi soir une conférence de presse.

L’idée : « Mettre les choses au clair concernant mon appartenance à un parti », commence Gérome Bouvier, suite à la révélation, immédiatement après son élection au premier tour dimanche soir, de son appartenance au parti centriste Horizons. « Quand mes colistiers m’ont rejoint dans la campagne des municipales, je ne leur ai pas demandé de quel bord politique ils étaient, tout comme eux ne m’ont pas posé la question, affirme-t-il. J’ai fédéré autour de moi des personnes dotées de grandes valeurs, de sensibilité de Gauche comme de Droite, uniquement animées par le redressement de notre ville et la volonté farouche de travailler tous ensemble pour Pont-Saint-Esprit. »

Alors même s’il reconnaît qu’il est « adhérent » d’Horizons, il affirme n’avoir « jamais été militant » et que « Demain Pont-Saint-Esprit » n’est « pas une liste Horizons. » Du reste, « pendant la campagne, aucune personnalité d’aucun parti n’est venue nous soutenir » et « nous n’avons perçu aucun financement de parti politique, uniquement des dons de particuliers », souligne le futur maire, qui sera élu samedi matin lors du conseil municipal. Un futur maire qui estime que « contrairement à certains médias », les Spiripontains « ont bien compris » que la victoire de sa liste « nous ne la devons qu’à notre travail d’équipe, dans le respect de chacun et sans dogme. »

Plus tard, Gérome Bouvier affirmera que son appartenance politique, « ça n’intéresse que les médias et certains politiques, à Pont-Saint-Esprit, personne n’en parle. » À commencer par le candidat lui-même, durant toute la campagne, et même dimanche soir, alors que la question lui a été posée par les journalistes. « Il ne faut pas croire que c’était un mensonge, je ne l’ai pas dit car j’ai fait passer d’abord notre collectif », répond-il, tout en rappelant que « quand je suis allé déposer la liste en préfecture, ils m’ont posé la question de notre tendance, j’ai dit : diverse, et sur la position de la tête de liste : centriste. » Une position que le candidat estime la plus à même pour réunir largement sur sa liste, et « fédérer autour d’un projet », affirme son futur premier adjoint Claude Conan, « ce n’est pas le parti politique, c’est le projet qui nous a fait suivre Gérome », résume la future adjointe Vérah Randrianasolonandrasana. « On ne voulait pas qu’il y ait cette étiquette sur notre liste, pour qu’il n’y ait pas de récupération », rajoute la colistière Karine Bommenel.

Et Gérome Bouvier de promettre que « nous travaillerons avec tous les élus qui placent l’intérêt général et le bien-être de nos administrés au-dessus des calculs et des logiques de partis politiques, au conseil municipal ou à l’Agglomération ». Alors cette péripétie, même si « elle vient entacher cet apaisement qu’on cherche tous », affirme-t-il, « ne changera rien. »

Thierry Allard

Bagnols-Uzès

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio