Publié il y a 1 an - Mise à jour le 06.04.2023 - Stéphanie Marin - 2 min  - vu 664 fois

SERNHAC Un semaine pour découvrir le sport autrement

Lionel Lefebvre, membre de l'équique de France de bobsleigh à quatre, a rencontré les élèves du groupe scolaire Pierre Couston à Sernhac, le lundi 3 avril.

- Photo : S.Ma

Tout au long de cette semaine, les élèves du groupe scolaire Pierre Couston à Sernhac, ont pu découvrir et s'initier pour les plus grands, à certains sports, les moins connus peut-être, pourtant représentés lors des Jeux olympiques et paralympiques. 

Et pour les mettre dans le bain de ces événements sportifs majeurs à l'échelle internationale, les élèves sernhacois ont d'abord participé, ce lundi, à la cérémonie d'ouverture, en présence des symboles les plus marquants, la flamme et les anneaux. Le coup d'envoi d'une Semaine olympique et paralympique, un programme décliné au niveau national dans les établissements scolaires, notamment ceux labellisés Génération 2024. Tel est le cas pour le groupe scoalire Pierre Couston. "Cette semaine permet aux enfants de découvrir des sports méconnus, les valeurs du sport mais aussi de les sensibiliser sur le handicap à travers le sport, même le handicap invisible", explique Estelle Labrousse, professeure des écoles, organisatrice de l'événement.

Pour cela, Estelle a invité des sportifs de haut niveau. Lionel Lefebvre est le premier à avoir rencontré les élèves. Ce bobeur âgé de 30 ans et originaire de Castillon-du-Gard est le seul Gardois a avoir participé aux Jeux Olympiques d'hiver à Pékin, l'an dernier. Cet ancien champion d'athlétisme, spécialiste du lancer du disque, a fait ses débuts en bobsleigh en 2016, après avoir été recruté par Romain Heinrich. "Ici, il n'y a pas trop de neige, s'amuse-t-il. On m'a contacté pour un projet olympique puisque c'est à peu près les mêmes filières énergétiques que l'athlétisme, ça repose sur la vitesse et la puissance. Du coup, je me suis reconverti en tant que bobeur."

Depuis lundi, les élèves sernhacois participe à la Semaine Olympique et Paralympique, aux côtés de divers athlètes gardois. • Photo : S.Ma

Lui-même quand il pratiquait le lancer du disque n'avait qu'une vision que très lointaine du bobsleigh. Alors face à ces enfants, non aguerris, mais très curieux, le bobeur se prête volontiers au jeu des questions-réponses. "Ils s'intéressent, posent des questions très précises. C'est important pour faire connaître notre sport, recruter pourquoi pas de jeunes bobeurs", poursuit Lionel Lefebvre. Un porté à connaissance peut-être plus large, il le souhaite aussi, au sein même des hautes autorités sportives "pour pouvoir avoir un peu plus d'aides financières comme pour beaucoup de sports mineurs, et se doter d'un matériel un peu plus récent et ainsi concurrencer davatange les nations phares.

"Savoir ce que les personnes handicapées ressentent"

Après la théorie, les élèves de CE1 à CM2 ont testé la pratique, devant pousser des chariots, un à roulettes, l'autre non, chargés de poids de 2,5 à 25kg. Rose, 10 ans, ne s'attendait pas à la visite de Lionel. Si elle participe volontiers à cet atelier, tout comme ses camarades Lana, stella, Mélyne, Roxane, Louane, Peter et bien d'autres, Rose ne cache pas son impatience de découvrir le handisport. "Ce qui m'intéresse, c'est de savoir ce que les personnes handicapées ressentent, de me mettre à leur place." Un premier pas, peut-être le plus important vers la tolérance. 

Une petite photo souvenir avec Lionel Lefebvre, avant de rencontrer Alexandre Delarque et Kevin Lapeyre.  • Photo : S.Ma

Alexandre Delarque, membre de l'équipe de France de tennis sur table handisport, est lui aussi venu à la rencontre de ces élèves, le mardi 4 avril, pour échanger des paroles, mais aussi des balles le temps d'une journée. Ce jeudi, c'est Kevin Lapeyre, athlète en sport adapté, atteint du syndrome d'Asperger, qui a pris le relais. 

Stéphanie Marin

Beaucaire

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio