Politique
Publié il y a 3 ans - Mise à jour le 13.06.2019 - thierry-allard - 2 min  - vu 372 fois

BAGNOLS Municipales : le PCF veut « faire l’union à Gauche dès le premier tour »

Elian Cellier, chef de file du PCF pour les municipales à Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

La cellule bagnolais du Parti communiste français a désigné son chef de file pour les élections municipales de 2020, et il s’agit d’Elian Cellier.

Ce Bagnolais, professeur d’histoire-géographie et militant communiste de longue date, a été désigné à l’unanimité des militants. « J’ai été mandaté pour conduire la campagne communiste, mais je considère que c’est avant tout un travail collectif », précise d’emblée Elian Cellier, qui a accepté ce rôle car il est « un homme de devoir. »

Premier devoir pour le prof', « arriver à faire l’union à Gauche dès le premier tour, et la faire la plus large possible », lance le militant, qui estime que les différentes tendances à Gauche « ont des nuances. Ce ne sont pas des détails, mais sur un programme municipal on peut travailler ensemble. » Certes, mais avec qui ? « Tous ceux qui sont au Parti socialiste aujourd’hui. Il faut qu’ils se déterminen. Je leur tends la main, notamment à Catherine Eysseric », pour suit Elian Cellier, qui espère attirer la conseillère municipale et régionale. À ceux qui rappelleraient que la majorité en place compte de nombreux socialistes, et que le maire Jean-Yves Chapelet vient du PS, « pour moi, Chapelet c’est la Droite », tranche le communiste.

Outre les socialistes de la majorité actuelle, Elian Cellier lance un appel à l’opposant Christian Roux, aux Gilets jaunes, notamment à Jérôme Jackel, qui lance sa plateforme en vue des municipales, et affirme avoir « des contacts » avec la France insoumise. « On tend la main aussi hors partis, aux citoyens fédérés en association, comme les opposants au projet de Bourdilhan », note Elian Cellier.

Des opposants avec lesquels Elian Cellier a un point commun : la critique de la majorité actuelle. « Je pense que la majorité actuelle a échoué, à la Ville comme à l’Agglo, estime le militant. Il y a eu de gros échecs : Scène campagne, la recyclerie, l’appel d’offres pour la pelouse du stade ou encore le crématorium. » À l’heure du bilan, Elian Cellier ne retient que « le déplacement du monument aux morts, et peut-être les travaux de Bourg-neuf » et l’affirme : « Voter Chapelet, c’est garder Rey à l’Agglo. » Les Bagnolais pourront-ils voter Cellier ? « Chef de file ne veut pas forcément dire tête de liste, affirme l’intéressé. Je peux m’effacer si une personnalité émerge, notamment du monde associatif. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais