Politique
Publié il y a 8 ans - Mise à jour le 29.10.2014 - coralie-mollaret - 2 min  - vu 100 fois

GARD La députée PS Françoise Dumas se félicite de l'adoption du budget de la Sécu

Françoise Dumas, députée PS du Gard. Photo : Gérard Laudinas : Objectif Gard.

L'ancienne assistante sociale aujourd'hui député PS se félicite du vote du budget de la Sécurité sociale. Elle met en avant la suppression de la franchise médicale et du tiers payant.

Hier après-midi, l'Assemblée national a adopté en première lecture le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2015 (PLFSS) par 270 voix contre 245. Parmi les votants, la député gardoise Françoise Dumas. Pour la socialiste, ce texte qui prévoit 9 mds d'euros d'économies "marque la détermination du Gouvernement à poursuivre le retour à l’équilibre de nos comptes publics". Membre de la commission des affaires sociales, elle soutient "que la situation économique et budgétaire oblige à faire des choix graves". Mais ces choix ont été "arbitrés dans le souci de ne pas amoindrir la qualité du service public rendu".

Françoise Dumas insiste sur le fait qu'aucun "déremboursement n’a été voté, et certains droits sociaux nouveaux ont pu voir le jour", comme la fin du tiers payant pour les bénéficiaires de l’ACS (aide à la complémentaire santé) ou la suppression de la franchise médicale sur certains médicaux (sous condition de ressources, NDLR). "Une transformation de notre système de santé, en commençant par le renforcement de l’accès aux soins pour tous", poursuit-elle.

Favorable à la modulation des allocations familiales

Concernant la modulation des allocations familiales, "c'est une réforme structurelle de justice sociale. Dans un contexte économique difficile, elle module l’effort demandé à la branche famille pour 2015 selon les capacités financières des familles. Elle ne remet pas en cause l’universalité de la politique familiale, ni les fondements de la sécurité sociale, car l’universalité n’a jamais signifié l’uniformité". L'adoption de cette modulation a permis de "maintenir à leur niveau actuel certains acquis important de notre politique familiale comme la prime à la naissance" qui, dent le projet initial devait être divisée par trois.

Le texte va désormais être examiné par le Sénat avant la seconde lecture à l’Assemblée le mois prochain.

Lire aussi : GARD Christophe Cavard : les raisons de son abstention sur le budget de la Sécu

Coralie Mollaret

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais