Politique
Publié il y a 4 ans - Mise à jour le 19.12.2017 - coralie-mollaret - 2 min  - vu 1672 fois

GARD Pour Lachaud et Devèze, l'UDI c'est fini…

Évoluant désormais sous l'appellation Centristes, les partisans du Nouveau Centre d'Hervé Morin quittent l'UDI (Union des démocrates et indépendants).
Délégué départemental de la fédération des Centristes du Gard, Julien Devèze a rapporté la motion pour quitter l'UDI, samedi en conseil national. (Photo : droits réservés)

Séisme. Bouleversé par l'avènement d'Emmanuel Macron, le monde politique poursuit sa mue. Après les radicaux qui ont claqué la porte de l'UDI en septembre, les troupes du Nouveau Centre font désertion... Dans le Gard, le parti est dirigé par le président de Nîmes Métropole, Yvan Lachaud et son référent départemental - également directeur de cabinet de l'Agglo - Julien Devèze. C'est d'ailleurs lui qui a officialisé le divorce, samedi en conseil national, en rapportant au nom de 20 fédérations une motion dédiée à cet effet.

Dans le Gard, les désormais « Centristes » sont en délicatesse avec le président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde. « Notre mouvement n'a pas survécu à Emmanuel Macron » déplore le Nîmois. Les raisons ? « On est devenu un parti difficilement audible, avec des prises de positions hasardeuses. Pendant la présidentielle, un jour on soutenait Macron, un autre Fillon… Lagarde n'est pas clair sur sa ligne politique.»

«On repart de zéro»

Au centre, le président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde, entouré du Nouveau Centre Yvan Lachaud et du Républicain Christophe Rivenq. (Photo Elodie Boschet)

Le divorce prononcé, les Centristes veulent proposer une nouvelle offre aux électeurs. «On repart de zéro. On veut un mouvement de centre droit, ouvert, modéré et libéral. Un mouvement capable de récupérer tout ceux qui ne se sentent plus à l'aise chez Les Républicains depuis l'élection de Laurent Wauquiez» poursuit Julien Devèze. Mais son offre politique n'est-elle pas déjà incarnée par Emmanuel Macron ?

«Le président mène une politique de centre droit » acquiesce-t-il, « mais ce n'est pas pour autant que derrière lui, il y a un mouvement politique clairement identifié par les Français… Entre une Françoise Dumas (ex-PS) et un Thierry Solère (ex-LR), la ligne idéologique de LREM n'est pas évidente. La nôtre, si ! » Alors si « Emmanuel Macron fait certaines choses auxquelles ont souscrit, il lui manque une vision sur la ruralité, les territoires et les villes centres. » Une vision que le centre se dit incarner... 

Un rapprochement avec AGIR ? 

Ce positionnement se rapproche de celui d'AGIR. Le mouvement politique des députés Constructifs, issus de la droite et du centre. L'ex-LR Thierry Solère en a d'ailleurs été membre, avant de prendre sa carte à LREM. « On travaille à l'Assemblée nationale avec eux. Ils ont un positionnement qui est plus du ressort de la coopération que de l'alternative. L'union n'est pas impossible… Mais pour l'instant, on doit se retrouver » conclut Julien Devèze. Et c'est déjà beaucoup. 

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Coralie Mollaret

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais