Politique
Publié il y a 1 an - Mise à jour le 01.10.2021 - marie-meunier - 3 min  - vu 384 fois

VILLENEUVE-LEZ-AVIGNON Les logements sociaux habitent les débats du conseil municipal

Le conseil municipal de Villeneuve-lez-Avignon s'est tenu en mairie ce jeudi 30 septembre. (Marie Meunier / Objectif Gard)

L'urbanisme et les logements sociaux étaient encore au coeur des discussions entre la majorité et l'opposition lors du conseil. (Marie Meunier / Objectif Gard)

"Nous tenons à saluer la victoire de l'opposition et de Villeneuvois qui se sont unis pour préserver cet espace naturel", a lancé sur un ton triomphal, le conseiller d'opposition, Morgan Buisson, lors du conseil municipal de jeudi soir. Le tout nourri des applaudissements dans le public. Il parle bien sûr de l'abandon du projet de ZAC des Bouscatiers par Nexity en accord avec la commune. Un projet lancé il y a seize ans qui s'est heurté à de nombreux obstacles avant même d'avoir commencé. 

En la voix de Morgan Buisson, le groupe Social, écologique et solidaire demande à ce que la zone des Bouscatiers soit entièrement ou partiellement passer en zone naturelle à protéger pour l'exempter définitivement de toute construction. Une fatuité pas vraiment appréciée par le premier adjoint Xavier Belleville qui a appelé à un peu plus d'humilité "alors que Farès Orcet (adjoint délégué aux affaires sociales, ndlr) essayait de loger des gens en difficulté."

Sur l'autre banc de l'opposition, Florent Lemont se réjouit de la décision et rappelle qu'un tel projet, au-delà de son impact environnemental, aurait posé des problèmes de circulation, de sécurité et d'infrastructures. Mais pour lui, ce n'est pas une victoire. Seulement une première bataille remportée. "Il va y avoir un recommencement pour un nouveau projet d'aménagement. Mais vous allez être confrontés exactement aux mêmes problèmes. [...] Pourquoi ne pas construire un petit ensemble de logements sociaux ? Peut-être qu'on vous suivra mais pas sur un projet de la même dimension", adresse-t-il à la majorité.

Une grande concertation avec la population pendant deux ans

Une grande concertation de la population pendant deux ans va tenter de brosser le portrait du Villeneuve de demain. Et entre temps, l'équipe de Pascale Bories espère que les discussions pourront se faire dans le calme et en dehors des tribunaux avec l'opposition. Car là où tout le monde est d'accord, c'est qu'il est urgent de construire des logements sociaux à Villeneuve pour atteindre, ou au moins se rapprocher, des 30% requis par la loi SRU. En attendant, chaque année, la commune s'acquitte d'une pénalité pécuniaire.

L'urbanisme et les logements sociaux, ce sont un peu les marottes du conseil municipal. Ils avivent souvent de longues discussions entre majorité et opposition. La séance de jeudi soir n'a pas fait exception. La délibération d'avant portait sur une modification du Plan local d'urbanisme (PLU) afin de créer une nouvelle Orientation d'aménagement et de programmation (OAP) chemin du Lozet.

Un nouveau projet immobilier dans les tuyaux chemin du Lozet

Là où un projet immobilier pourrait fleurir, après plusieurs tentatives avortées des années auparavant. Morgan Buisson et Monique Novaretti s'inquiètent d'un mauvais écoulement des eaux pluviales en cas de construction à cet endroit. Florent Lemont, lui, est plutôt favorable à condition de privilégier les petites entités exclusivement composées de logements sociaux qui s'intègrent bien dans le paysage et qui en plus, pèseront davantage dans les quotas qu'un grand ensemble mixte. "Se pose après la question de la rentabilité de l'opération pour l'établissement foncier...", soulève le conseiller municipal d'Union citoyenne.

Florent Lemont et le groupe d'opposition "Union citoyenne de Villeneuve" préconisent de petits projets de logements sociaux plutôt que des grands ensembles mixtes qui vont moins proportionnellement augmenter le quota total sur la commune. (Marie Meunier / Objectif Gard)

La maire, Pascale Bories, entend ces inquiétudes mais assure que le projet et son impact seront étudiés par l'Autorité environnementale et que le dossier sera soumis aux services instructeurs. Elle indique que ce projet comprendrait 50 logements dont 40% à visée sociale. Pas sûr que cette proportion fasse beaucoup évoluer le taux de logements sociaux de la commune... La délibération est adoptée avec six abstentions. Les élus villeneuvois ont aussi renouvelé à l'unanimité pour deux ans la convention "arrêté de carence" (de logements sociaux, ndlr) avec l'Établissement public foncier d'Occitanie (EPF).

Marie Meunier

Et aussi :

Solidarité. La Ville de Villeneuve-lez-Avignon va verser 1 000 € de subvention à Rheinbach, sa commune jumelle allemande, qui a été touchée par une crue sans précédent en juillet dernier. La municipalité allemande déplore la mort de deux personnes et des dégâts considérables dans ses services municipaux. De nombreuses infrastructures restent à réparer. La somme donnée paraît un peu faible aux yeux de Florent Lemont, compte-tenu de l'étendue du désastre.

Déplacements doux. Une convention de superposition d'affectations du domaine public va être signée avec la Compagnie nationale du Rhône (CNR). C'est une démarche administrative nécessaire pour que la municipalité villeneuvoise poursuive son projet d'itinéraire cyclable complétant la Via Rhôna. Le tracé mesurera 1,1 km et permettra de connecter le centre de Villeneuve-lez-Avignon et la Via Rhôna en passant par le chemin de halage et les digues CNR.

Environnement. La Ville a adhéré à l'association World CleanUp Day-France. Elle organise un événement éponyme à l'occasion de la journée mondiale du nettoyage de la planète. Par cette adhésion, la municipalité scelle sur le long terme son engagement à participer localement à cette journée visant à ramasser les déchets dans la nature.

Marie Meunier

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais