Publié il y a 10 mois - Mise à jour le 28.06.2023 - Corentin Migoule - 3 min  - vu 873 fois

BASSIN D'ALÈS Un nouveau simulateur chez Wolf Racing pour populariser le sport automobile

SIMULATEUR

Benjamin s'essaie sur le simulateur dernière génération de Wolf.

- Corentin Migoule

L'écurie Wolf Racing France basée à Saint-Martin-de-Valgalgues à quelques encablures du Pôle mécanique Alès-Cévennes est en pleine bourre. Elle s'est récemment dotée d'un simulateur de course automobile dernier cri sur lequel la population locale pourra s'essayer afin de tenter de gagner un week-end de course complet. 

Dans l'attente de son déménagement dans le futur parc régional d'activités économiques (PRAE) Humphry-Davy de La Grand'Combe, l'écurie Wolf Racing France poursuit son développement depuis ses locaux basés à Saint-Martin-de-Valgalgues, à quelques encablures du Pôle mécanique, dans la zone de Sainte-Barbe. L'entité dirigée par l'ancien pilote Lionel Champelovier empile les succès sur les circuits européens et, depuis peu, soigne aussi sa communication. 

Cette quête de notoriété s'est récemment matérialisée par l'embauche d'un directeur du développement en la personne de Sébastien Migliore, adjoint au maire de La Grand'Combe délégué à l'Économie. L'élu grand'combien n'a pas tardé à mettre son opiniâtreté et ses idées au service de l'écurie en renforçant notamment les partenariats et la communication. Lorsque Wolf Racing France a reçu son simulateur dernier cri de course automobile il y a quelques semaines, la volonté de le mettre à disposition éphémère du grand public a vite germé. 

WOLF
L'écurie Wolf Racing France est basée au 347 de l'avenue Sainte-Barbe à Saint-Martin-de-Valgalgues. • Corentin Migoule

"Nos pilotes s’entraînent dessus, mais on l’ouvre aussi à la population dès ce lundi 3 juillet", a enclenché Sébastien Migliore ce mercredi 28 juin à l'occasion d'une conférence de presse. Le directeur du développement a en effet imaginé un grand jeu concours qui offrira au gagnant un week-end de course complet avec l'écurie Wolf Racing sur le circuit d'Albi dans le cadre de la Coupe de France des circuits. 

À l'heure de notre venue ce mercredi, Benjamin, jeune stagiaire ingénieur chez Wolf, assurait la démonstration (notre vidéo). "Les effets de la Wolf Thunder se retranscrivent bien dans le jeu. La voiture a été recréée à l’identique. C’est conforme à la réalité. Les pilotes nous disent que c’est un bon entraînement avant les courses, notamment pour les repères de freinage et les trajectoires", a expliqué le dernier nommé.

Les personnes désireuses de participer doivent d'abord s'inscrire (par mail à l'adresse suivante : sebastienwrf@gmail.com ou par téléphone au 06.20.15.08.45) en déboursant la somme de 149€. Après quoi, jusqu'au 31 août, chaque participant sera convié dans les locaux de Wolf Racing pour découvrir les ateliers tout en tentant sa chance sur le simulateur au cours de trois sessions de 10 minutes chacune. 

SIMULATEUR
Benjamin s'essaie sur le simulateur dernière génération de Wolf. • Corentin Migoule

Ce dernier permet d'embarquer virtuellement le joueur à bord de la puissante Wolf Thunder GB08 et d'arpenter les courbes du circuit Bugatti du Mans. À la fin de l'été, le participant ayant réalisé le meilleur temps, autrement dit le tour le plus rapide, sera désigné vainqueur et empochera le fameux week-end de course complet sur le circuit d'Albi, afin d'y rouler cette fois-ci de manière bien réelle. 

Dans le courant de l'été, le 28 juillet, Wolf Racing France s'essaiera à un deuxième "jeu" qui n'en est pas vraiment un puisqu'il s'agit d'une journée de roulage spécifique sur le circuit de Lédenon ayant vocation à "détecter les pilotes de demain". Aux mêmes modalités (prix : 1 200 €), les inscriptions s'ouvriront bientôt et se clôtureront 48 heures avant l'évènement. À l'issue de la journée, le gagnant sera généreusement doté d'un week-end de course complet au Mans d'une valeur de 7 900 €.

"Pour les écuries, c’est un moment un peu charnière. L’été, c’est là où on a le moins de courses, mais c'est aussi le moment où on travaille le plus, notamment pour mettre en valeur le côté innovant de l’écurie", a justifié le directeur du développement au cours de la conférence de presse. S'il ne nie pas le caractère commercial et marketing de la démarche, le dernier nommé y voit l'occasion de "populariser" l'écurie saint-martinoise et le sport auto' de manière générale, tout en repérant "les futurs pilotes talentueux"

Corentin Migoule

Sports Gard

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio