Nîmes Olympique
Publié il y a 3 mois - Mise à jour le 24.11.2023 - Norman Jardin - 5 min  - vu 2544 fois

FAIT DU JOUR Nîmes Olympique : Wesley Ngakoutou, la fusée attend son heure

Wesley Ngakoutou aura peut-être un jour sa statue dans les Jardins de la Fontaine

- Photo : Norman Jardin

Après un parcours fait de voyages et de déménagements, Wesley Ngakoutou a posé ses valises à Nîmes lors de l’été 2022. Depuis, il a connu la Régionale 1, la Ligue 2 et le National. Il ne lui manque plus qu’à s’imposer au Nîmes Olympique. Celui qui se décrit comme opportuniste attend la bonne occasion pour franchir le cap.

« Wesley est le joueur le plus rapide de l’effectif ». C’est Frédéric Bompard qui le dit et il a raison. Wesley Ngakoutou réussit des pointes à 36 kilomètres à l’heure. Voilà une arme redoutable que le jeune joueur doit maintenant maîtriser. « Je peux mieux faire et je travaille pour savoir mieux utiliser ma vitesse. Par exemple comment et contre quel joueur je dois me servir de cet atout ? », interroge-t-il. Le numéro 27 de Nîmes Olympique est une fusée. Il faut dire qu’il a souvent et rapidement changé de décor depuis son enfance.

Des racines serbes et centrafricaines

Né à Clichy le 18 août 2001, c’est un francilien de cœur qui garde de l'affection pour le PSG, « même si je vis plus des moments de désespoir avec le PSG », sourit le Crocodile. Petit déjà, il quitte l’île-de-France, pour s’installer avec sa mère en Alsace. Le voilà dans le Grand Est, où il plante quelques-unes de ses racines. Mais Wesley est un enfant du monde. Des origines centrafricaines par son père, serbes par sa mère, il se revendique aussi bien Alsacien que Parisien, « je me sens de toutes les cultures, même Nîmois ».

De son balcon, Wesley observe sa nouvelle ville • photo : Norman Jardin

Dans cette famille nombreuse, de 14 enfants, des liens solides se nouent, en particulier avec Quentin et Yannis qui jouent au football. « J’idolâtrais mes frères et ce sont eux qui m’ont donné l’envie de jouer au football ». Il y a aussi Ronaldo (le Portugais) et le Real Madrid. Mais le parcours de Wesley débute loin du stade Santiago-Bernabeu. En matière de ballon rond, tout commence dans l’Est pour lui qui change de club pratiquement chaque année : RC Strasbourg (2008-09), SC Schiltigheim (2009-11), ASP Vauban (2011-12), AS Strasbourg (2012-14), FV Kehler (Allemagne, 2014-16), FC Geispolsheim (2016-17), Haguenau (2017-19), ASPTT Dijon (2019-20), Haguenau II (2020-21) et FC Chambly-Oise II (2021-22).

« Yannick Dumas m’a beaucoup apporté, c’est lui qui m’a fait le plus progresser »

Difficile de se construire une formation solide en bougeant sans cesse. « Dès que je vois une petite opportunité, j’y vais direct », explique Wesley. La plus belle opportunité de sa carrière, c’est la réserve du Nîmes Olympique qui lui propose un match d’essai en mai 2022. L’essai, auquel participe également Hamza Sbaï, est concluant et voilà Ngakoutou qui intègre la réserve nîmoise en Régionale 1. « Yannick Dumas m’a beaucoup apporté, c’est lui qui m’a fait le plus progresser ».

Il suffira d'un cygne • Photo : Norman Jardin

Encore une fois, les choses vont très vite pour Wesley. « J’ai fait ma première apparition avec la réserve en novembre 2022 et ma première titularisation en janvier 2023. Ensuite, je n’ai pas quitté le onze de départ de la réserve ». Le conte de fée se poursuit puisque le 2 juin dernier, Frédéric Bompard le retient dans le groupe de l’équipe première qui doit affronter Sochaux en clôture de la Ligue 2. « J’ai senti le coup venir car je voyais bien qu’il y avait des blessés dans le groupe. J’étais hyper content. J’ai essayé de penser à autre chose en regardant des films et en appelant ma famille. Le jour du match, je suis déjà bien content de pouvoir m’échauffer. Puis je rentre en fin de match ».

« J’étais prêt à refaire une saison en réserve »

Après la rencontre, le nouveau Crocodile reçoit beaucoup d’appels, mais s'endort immédiatement dès qu’il rentre chez lui. Puis il pense à la nouvelle saison 2023-24. « J’étais prêt à refaire une saison en réserve, mais quand on m’a proposé un contrat pro j’ai foncé ». Le 22 juin dernier, Wesley Ngakoutou s’engage avec Nîmes Olympique jusqu’en 2026. Depuis, il tente de se faire une place dans cette équipe qui joue le maintien en National. Mais son temps de jeu est limité en championnat où il n’a jusqu’à présent jamais été titulaire.

Wesley regrette encore l’action de but qu’il a raté contre Châteauroux • Photo : Anthony Maurin

Il lui reste la Coupe de France pour faire ses preuves. Il y connait sa première titularisation à Pavie où il marque deux des sept buts nîmois (7-0). Son début de saison est aussi marqué par le but qu’il n’a pas inscrit contre Châteauroux : « Jo (Jonathan Mexique, NDLR) me lance en profondeur et je me retrouve tout seul, mais je rate le but. Cette occasion, je l’ai regrettée, mais j’en aurai d’autres. » Il attend encore le déclic en championnat, mais sans fuir ses responsabilités : « Si je ne joue pas, je me dis que c’est ma faute, pas celle du coach. »

« Il peut donner parfois l’impression d’être ailleurs, d’être nonchalant, de manquer de concentration »

Wesley le sait, il doit encore apprendre et se corriger pour gagner sa place. « Il faut qu’il travaille son attitude. Il peut donner parfois l’impression d’être ailleurs, d’être nonchalant, de manquer de concentration », souligne Sébastien Larcier, le directeur sportif du NO. Ngakoutou cherche aussi sa place sur le terrain : « Je ne suis pas numéro 9 et je suis plus à l’aise au poste d’ailier droit, voire gauche. Je n’ai pas l’habitude d’être dans le cœur du jeu. Quand tu joues numéro 9, dès que tu as le ballon tu as cinq adversaires sur le dos. » 

Wesley prépare son hachis parmentier • Photo : Norman Jardin

Dans le groupe professionnel, Wesley a retrouvé Axel Thoumin, avec qu'il a joué à l’ASPTT Dijon. « Quand il est arrivé à Nîmes, je l’ai un peu aidé », confie Wesley. Voilà une sollicitude qui correspond bien au personnage. « C'est un garçon poli, gentil et très respectueux », précise Frédéric Bompard. « On m’a appris à respecter tout le monde. Dire un mot gentil, ça ne va pas changer ta vie. Je suis poli, j’essaye d’être bienveillant et d’avoir le sourire. Ça me parait normal », répond Wesley qui, de son appartement de l’avenue Jean-Jaurès, devient peu à peu un Crocodile.

Hachis parmentier et choucroute 

Chez lui, tout est bien rangé. Il fait son ménage et même la cuisine. Il faut dire que Christine, sa maman, est une très bonne cuisinière : « Elle fait une excellente choucroute. » Le joueur du NO a aussi une aptitude dans ce domaine : « Je fais mon hachis parmentier. Je commence par aller chercher la viande chez le boucher, puis je coupe mes pommes de terre en rondelles et je mets le plat au four. J’aime bien aussi préparer la purée de patate douce. » Bon cuisinier, Wesley se décrit comme casanier. Il est adepte du cocooning et rien ne lui fait plus plaisir que de rester au chaud à regarder une série.

Le Crocodile s’informe sur l’actualité de Nîmes Olympique • Photo : Norman Jardin

Mais il consomme aussi du football en suivant les matchs à la télévision. Il se tient informé sur son sport en regardant assidûment la chaine L’équipe et pour les infos de Nîmes Olympique, il ne manque rien avec Objectif Gard bien sûr. La vie n’est pas toujours rose et l’ailier droit a connu des moments difficiles, ces dernières années. Il n’oublie rien, mais par pudeur, il préfère garder ça en lui sans jamais se départir de son sourire. Opportuniste et rapide comme l’éclair, la fusée Ngakoutou attend son heure. Elle viendra peut-être ce soir contre Orléans ?

Norman Jardin

Nîmes Olympique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio