A la uneActualité générale.ActualitésEconomieEconomie.

NÎMES : 140 FAMILLES ONT TAPÉ À LA PORTE DES RESTOS DU CŒUR

Le centre de distribution de La Ranquette à Nîmes a ouvert ses portes ce lundi à 8h. 140 familles ont été accueillies en une journée. Photo DR/S.Ma

L'an passé, 11 500 bénéficiaires avaient tapé à la porte des Restos du Cœur du département et 1 460 000 repas avaient été distribués. 53% des personnes s'inscrivaient pour la première fois. "Cette année selon moi, à cause de la crise, on pourrait dépasser les 60%. Et étant donné que les habitués sont toujours là, on doit s'attendre à avoir plus de bénéficiaires", explique Guy Bergenti, président des Restos du Cœur Gard qui accompagné de ses bénévoles a lancé aujourd'hui, lundi, la 27ème édition de la campagne d'hiver.

Ce lundi, les portes des Restos du Coeur de Nîmes La Ranquette, ont ouvert à 8 heures. Dans l'arrière boutique, plus de six tonnes de produits alimentaires et d'hygiène livrées mercredi dernier, attendaient d'être distribuées. Et en une seule journée, ce sont 140 familles qui ont rempli leur cabas. 140, sont encore attendues jeudi prochain. "Pour le moment, nous avons 280 familles inscrites. Le chiffre augmente considérablement à partir de janvier avec plus de 600 familles inscrites et près de 800 à la fin de la campagne au mois de mars", lance Pierre, bénévole et co-responsable du centre La Ranquette.

Autant dire que le temps de la campagne d'hiver, le petit local nîmois des Restos du Coeur, se transforme en véritable fourmilière. À la file indienne, les bénéficiaires, après avoir récupéré leur fiche à points, se dirigent, accompagné d'un bénévole, vers les étagères remplies de produits. Il suffit ensuite de faire son choix selon les goûts et les points. Le tout se fait dans la bonne humeur même si certains bénéficiaires avancent tête baissée dans les rayons du centre. C'est le cas d’Émilie. Cette Nîmoise de 23 ans s'est inscrite pour la première fois au Restos du Coeur de Nîmes. "J'ai honte de venir aux Restos du Coeur. C'est difficile d'accepter cette situation." Émilie, mère d'un bébé de 3 mois et sans emploi avoue amèrement que sans les Restos du Coeur "je ne pourrais pas m'en sortir". Des "Emilie", les bénévoles en croisent régulièrement. "Nous recevons des étudiants, des personnes retraitées, mais une grande majorité de nos bénéficiaires sont des femmes seules avec leurs enfants. Leur histoire nous touche inévitablement, confie Jackie, qui a déjà, à son actif 11 ans de bénévolat. Être bénévole, c'est une démarche pour aider les autres avec cette nécessité d'établir un lien avec eux et de partager."

Les bénévoles au grand coeur des Restos ont répondu présents à la 27ème édition de la campagne d'hiver. Dans le Gard, ils sont près de 600 à s'activer pour aider les personnes démunies. Photo DR/S.Ma

16 centres ouvrent cette semaine dans le Gard

À l'occasion de cette 27ème édition de la campagne d'hiver des Restos du Coeur, 16 centres (Alès, Anduze, Bagnols-sur-Cèze, Bessèges, La Grand Combe, Nîmes Ranquette et Route d'Avignon, St Ambroix, St Hippolyte-du-Fort, St Jean-du-Gard, Salindres, Sommières, Le Vigan, Saint-Christophe-Lès-Alès et Quissac) vont ouvrir leur portes dans le Gard, dans le courant de la semaine. En tout, donc, dans le département, ce sont près de 600 bénévoles qui vont s'activer jusqu'à la fin du mois de mars pour aider les plus démunis. Un 17ème centre ouvrira ses portes à Saint-Gilles, à partir du mois de janvier.

Les Restos du Coeur, ce n'est pas que de l'aide alimentaire

En plus du centre de distribution de produits alimentaires, les Restos du Coeur La Ranquette possèdent un "Point Bébé du Coeur", où des bénévoles répondent aux besoins spécifiques des jeunes enfants et de leurs parents dans leur domaine de compétence : conseils en diététiques et pédiatriques, informations sur l'hygiène. Les parents peuvent aussi bénéficier des dons de vêtements, de couches, de produits d'hygiène, de matériel de puériculture et de jeux pour les enfants.

Et puis, il y a aussi les "Toits du Coeur". Les Restos du Coeur, en collaboration avec les bailleurs sociaux, mettent à disposition des appartements aux personnes accueillies pour une durée de six mois, renouvelable deux fois trois mois. Une fois que les personnes sont en mesure d'assurer leur rôle de locataires, le bail est alors mis à leur nom, c'est ce que l'on appelle le "glissement de bail". L'an passé, 20 familles ont ainsi été relogées, sept ont pu effectuer un "glissement de bail".

Infos pratiques : Les Restos du Coeur La Ranquette, 8 chemin de La Ranquette à Nîmes, le lundi et le jeudi de 8h à 12h et de 13h à 16h. Plus de renseignements au 04 66 04 12 70.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité