Faits DiversFaits divers.

NÎMES : LE TOIT DU POINT P S’ÉCROULE, LES ROMS OBLIGÉS DE QUITTER LES LIEUX

Les Roms qui occupaient les locaux de l'ancien Point P route d'Arles à Nîmes ont été contraints de quitter les lieux. Non pas par avis d'expulsion, mais par précaution. Dans la nuit de vendredi à samedi, le toit d'un hangar situé à proximité du bâtiment où la trentaine de Roms avaient élu domicile, s'est effondré, ne faisant toutefois aucun blessé. D'après nos confrères du Midi Libre (voir l'édition du dimanche 19 février), les squatteurs auraient scié quelques poutres du hangar afin de se chauffer. Ce qui expliquerait l'effondrement intervenu vendredi tard dans la nuit.

Les familles ont dû quitter hier, le squat qu'ils occupaient depuis quelques temps dans des conditions insalubres. Ils ont dû partir, retrouver un nouvel endroit... de l'autre côté de la route d'Arles, sans aucune solution proposée parla Ville ou la Préfecture. "Trois d'entre elles sont rentrées en Roumanie par leurs propres moyens" a précisé Thierry Laurent, Directeur de cabinet du préfet du Gard, au micro de nos confrères France Bleu Gard Lozère.

Un départ inévitable

Ce départ des familles Roms était de toute façon inévitable. En effet, d'après la Préfecture, des travaux devraient démarrer dès mercredi afin de transformer le bâtiment du Point P désaffecté en "logements sociaux" a-t-on appris du Directeur de cabinet du préfet du Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité