ActualitésPolémique.

COLLÈGE CONDORCET À NÎMES : LES ENSEIGNANTES SE MOBILISENT POUR L’OUVERTURE D’UNE CLASSE

Ce mardi 28 février, 50% des enseignants (soit une vingtaine) du collège Condorcet à Nîmes ont planté le piquet de grève protestant contre la mutation d'une classe de quatrième dite "normale" en classe de remédiation. Les cours ont été suspendus toute la journée.

Entre les fermetures et ouvertures de classe, les restrictions d'heures de fonctionnement, décidément, le remue-ménage du ministère de l’Éducation Nationale ne fait pas l'unanimité. En voilà un nouvel exemple, le collège Condorcet à Nîmes, l'un des trois établissements en réseaux ECLAIR (Écoles, Collèges, Lycées pour l'Ambition, l'Innovation et la Réussite). La direction et les enseignants du collège nîmois viennent de recevoir la dotation d'horaires délivrée par le Rectorat. Résultat, moins 18 heures de fonctionnement hebdomadaire. Ce qui, globalement, représente la suppression d'un poste ou d'une classe. Il n'en faut pas plus pour que les enseignants montent au créneau. Car pour la rentrée 2012, une classe de 4ème est en jeu. "Nous demandons à ce qu'une cinquième classe de 4ème soit ouverte. Nous sommes actuellement à 24 élèves par classes. Alors oui, ce n'est pas beaucoup comparé à d'autres établissements où ils accueillent jusqu'à 30 élèves. Mais nos élèves sont très turbulents et lorsqu'on en a 24, ça fait vraiment beaucoup et c'est très difficile à gérer" souligne Thomas Santucci, représentant Snes au Collège Condorcet ajoutant que l'année prochaine "les effectifs en 4ème seront plus élevés puisque les 5èmes sont répartis sur cinq classes cette année." L'ouverture d'une cinquième classe de 4ème semble donc inévitable en tout cas pour les 24 enseignants, qui ce mardi matin, soutenus par les parents-d'élèves ont tenté de faire entendre leurs revendications.

Une classe de remédiation à la place d'une ouverture de classe dite "normale" ?

"Pour la rentrée 2012, il est question de créer une classe de remédiation à la place d'une classe de 4ème dite "normale". Ce sera une classe où les élèves qui auront des difficultés scolaires ou de comportement viendront un laps de temps. Ils seront bien encadrés au niveau des cours mais aussi disciplinaire. Une fois qu'ils auront faits des efforts, ils pourront rejoindre leur classe d'origine" explique Pascal Besson, le principal du collège Cordorcet avant de préciser, "mais je sais bien que les enseignants préfèrent l'ouverture d'une cinquième classe pour réduire les effectifs dans leur classe même si de mon côté, je pense que les effectifs sont raisonnables."

Que pense-t-on de cette classe de remédiation du côté du représentant syndical ? "C'est une arnaque de l'administration ! On veut nous faire croire à la création d'une nouvelle classe. Mais en fait la classe remédiation n'est ni plus ni moins que la transformation de l'Atelier Relais qui existait déjà dans l'établissement. On a juste un peu modifier son fonctionnement parce qu'il n'était pas satisfaisant -- nous sommes d'accord sur ça -- on la renommer et puis c'est tout. Et puis regrouper les élèves en difficulté entre eux ça ne peut que faire baisser le niveau et ainsi la durée de leur séjour dans cette classe va s'allonger pour finalement donner une classe poubelle" s'inquiète Thomas Santucci qui affirme que la mobilisation ne s'arrêtera pas au mouvement de ce mardi. "Nous souhaitons être reçus et entendus par le Rectorat jeudi. Et nous allons faire circuler une pétition pour que nos revendications soient enfin prises en compte."

Affaire à suivre...

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité