A la uneEconomieEconomie.PolitiquePolitique.

A. MONTEBOURG AUX ANGLES : « Pour la Droite, lorsqu’une entreprise bat de l’aile, elle dégage »

Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement Productif a rencontré ce vendredi aux Angles, les salariés d'Hebdo Print, de Comareg et d'Armatures de France. Photo DR/S.Ma

À deux jours du premier tour des élections législatives, Arnaud Montebourg, ministre du Redressement Productif, a rencontré, aux côtés de Patrice Prat, candidat PS sur la 3ème circonscription du Gard et Damien Alary, président du Conseil Général du Gard, les salariés déchus de Paru Vendu de Nîmes et des Angles (imprimerie : Hebdo-Print, éditeur : Comareg) et ceux de la société Armatures de France de Domazan.

C'est dans le QG de Patrice Prat, aux Angles, que la table ronde s'est tenue, dans une salle pleine à craquer, en présence de la presse. Chacun à leur tour, les salariés des deux entreprises gardoises ont exprimé leurs craintes. Du côté de Paru Vendu, il s'agissait de demander au ministre du Redressement Productif d'aider les quelques 200 salariés Gardois (en tout 1 650 dans toute la France) à faire valoir leurs droits depuis la mise en liquidation judiciaire de la société éditrice de Paru Vendu et de sa filiale Hebdo-Print par le tribunal de commerce de Lyon le 3 novembre dernier. "Faire valoir leurs droits", comprenez obtenir de la part d'Hersant, géant des médias avec ses 27 titres de presse locale, la mise en place du dispositif de Contrat de sécurisation professionnelle (CSP). "Nous savons qu'il est impossible de sauver l'entreprise qui sera d'ailleurs mise aux enchères dans quelques jours. Mais on ne peut pas laisser les salariés dans cette situation" lance Jean-Paul Fabre, représentant FO des anciens salariés d'Hebdo Print. De toute façon, sur la sauvegarde de la société, Arnaud Montebourg n'a laissé planer aucune illusion. "Le dossier a été engagé avant moi, je n'ai plus les moyens d'intervenir, l'affaire a été jugée devant les tribunaux. Mais nous veillerons avec les procureurs de la République concernés à découvrir les responsabilités de chacun" a précisé le ministre feuilletant le dossier très lourd préparé par les salariés. Mais Arnaud Montebourg n'en restera pas là, alors que la discussion était déjà bien engagée, son téléphone l'a alerté d'une nouvelle concernant les employés de Hebdo Print et de la Comareg : "Tiens, vous pouvez l'annoncer autour de vous, je viens de recevoir un message qui indique que très prochainement je rencontrerai avec la ministre de la Culture et de la Communication (Aurélie Filippetti, Ndlr) les dirigeants d'Hersant, non parce que là, ça suffit." Le hasard fait bien les choses...

"Il faut soutenir l'industrie qui a vu son PIB passer de 25% à 15%"

S'en est suivi un échange avec les salariés de l'une des sept entreprises d'Armatures de France installée à Domazan (les six autres étant à Toulon, Martigues, Castelnaudary, Narbonne, Sète ZI, Sète Rte de monpellier). Là encore, le ministre du Redressement Productif a entendu un appel à l'aide. Un plan de restructuration a été annoncé lors du dernier comité d'entreprise au mois d'avril. Sur 116 salariés en France, 28 devraient bientôt être licenciés. "Et ça ne s'arrêtera pas là" glisse Frédéric Bourdanove, expert comptable, commissaire aux comptes qui aide les employés. Après les années fastes connues par les actionnaires depuis l'acquisition de la société en 2007, la crise est venue mettre dans grain de sel dans les affaires limitant fortement les bénéfices de la société -- "bien qu'elle en fasse", souligne Frédéric Bourdanove -- qui a du mal à rembourser ses dettes. Résultat, les acquéreurs viennent de mandater le groupe "Prosphères" pour mettre en place un plan de restructuration. Dans ce cas, Arnaud Montebourg s'est engagé à contacter le préfet de l'Hérault pour organiser une table ronde afin d'ouvrir un débat avec les concernés et de trouver une solution pour que ce plan de restructuration n'ait pas lieu, "d'autant qu'il n'a pas de raison d'être. Il suffirait que les sept directeurs des sociétés face des économies sur la sous-traitance ou l'intérim etc, pour que l'on s'en sorte sans perdre un seul salarié" explique Frédéric Bourdanove qui soumettra sa stratégie par email au ministre à sa demande, s'il vous plaît. "Nous sommes là, nous allons vous aider" s'est engagé Arnaud Montebourg avant la petite pique à la Droite, c'est de bonne guerre : "Quand une entreprise bat de l'aile, pour la Droite, elle doit dégager. Ce n'est pas nous ça. Il faut soutenir l'industrie qui a vu son PIB passer de 25% à 15%."

Après une bonne heure de discussion, le ministre du Redressement Productif s'est rendu à Remoulins pour une nouvelle rencontre avec la direction et les syndicats de la société Vitembal avant une réunion publique dès 19 heures à Laudun.

Stéphanie MARIN

stephanie.marin@objectifgard.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité