A la uneActualité générale.Actualités

TOUSSAINT : Le « Tokyo chrysanthème », préféré des Nîmois !

Les premiers horticulteurs ont commencé à montrer le bout de leur chrysanthème, devant les différents cimetières de la ville… Si la traditionnelle  "fleur mortuaire" se vend bien, les compositions colorées de Tokyo, cousin du chrysanthème, connaissent un franc succès. 

A l'avant-veille de la Toussaint, la"fête des morts" le 1er novembre, les Nîmois s'empressent, depuis quelques jours, d'aller au cimetière fleurir les tombes de leurs défunts… Cet acte rituel s'articule autour du recueillement, du souvenir et de l'ornement des tombes. Un ornement végétal dont la fleur maîtresse est le chrysanthème.

Des compositions multicolores !

Depuis hier, les serres des horticulteurs et boutiques des fleuristes tournent à plein régime. Installés devant le cimetière Saint-Baudile, trois horticulteurs se partagent les "clients". "Cette année, les personnes n'achètent plus de pompons ( NDLR : Chrysanthèmes). Ils préfèrent le tokyo. Les jeunes, surtout, viennent nous acheter des compositions colorées", constate Isabelle, la gérante de la société Les serres aux fleurs. Avant de préciser : "les personnes agées par contre nous prennent beaucoup de chrysanthèmes, dans des couleurs plus sobres". 

Hier, devant le cimetière Saint-Baudile, Nîmes.

En 2010, selon le journal Le Monde, prés de 24 millions de pots de chrysanthèmes ont été vendus en France.  Considéré depuis le premier anniversaire de l'armistice (1919) comme "la fleur des morts", le chrysanthème fut en priorité choisi pour sa résistance au gel. Mais aussi pour sa capacité de fleuraison qui s'effectue lorsque la durée d'éclairement des jours se réduit.

Si on voyage au-delà des frontières françaises, on remarque que le chrysanthème symbolise dans beaucoup de pays, la gaité. Aux Pays-bas, aux Etats-Unis et même "en Asie, le chrysanthème est utilisé pour les mariages. Il faut dire que cette petite marguerite colorée n'est pas vilaine !", conclut Angélique, horticultrice dans la pépinière Le Theron.

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité