A la unePolitiquePolitique.

EELV : Alain Fabre Pujol, Nîmes dans le viseur pour 2014

 

Alain Fabre Pujol

C'est au Café de la gare, à Saint Cézaire, que nous rencontrons Alain Fabre Pujol, seul conseiller EELV de l'hémycicle municipal. Déclaré officiellement candidat depuis quelques jours, celui qui fut le Premier adjoint de l'ancien maire Alain Clary (PCF), veut s'engager à Nîmes… Sans doute l'un de ses derniers combats politiques. 

Objectifgard : Vous avez annoncé votre candidature en plein conseil municipal. C'est un peu incongru… Vous aviez peur de ne pas avoir un auditoire aussi important, si vous aviez fait une conférence de presse ? 

Alain Fabre Pujol : (Rires) Pas du tout. Le conseil municipal, c'est là où bat le coeur de la démocratie. Ma démarche est sérieuse, j'ai voulu l'exprimer devant tous les élus, citoyens et journalistes… Vous savez, j'ai 55 ans. Cela fait 30 ans que je suis engagé en politique, que je me bat pour le rassemblement de toute la gauche, des écologistes, socialistes et communistes !

O.G : Mais justement… Vous dites vous battre pour le rassemblement, mais Damien Alary s'est déclaré candidat. Jean-Paul Boré aussi. Votre candidature divise un peu plus l'électorat et diminue les chances de la gauche de prendre la mairie de Nîmes à la droite, non ?

AFP : Non pas du tout.

O.G : Mais, Damien Alary vous a téléphoné, vous vous êtes parlé ? Avant vous étiez socialiste... 

AFP : Oui, j'ai parlé avec lui. Il m'a dit des choses gentilles… (Sourires). J'ai créé une association Nîmes écologie, dans laquelle j'expérimente et je prépare mon programme…

O.G : En fait, si on comprend bien, que ce soit votre association, celle de Jean-Paul Boré "Tous pour Nîmes"... Ce sont un peu "les bras armés" de Damien Alary. In fine vous vous rangerez tous derrière lui. 

AFP : Ecoutez, ma candidature est vouée à aller à son terme ! Après, on trouvera un terrain d'entente. Dans tous les cas, mon programme est basé sur la démocratie participative et la création de lien social. Aujourd'hui Jean-Paul Fournier ne fait pas de l'urbanisme, mais pose des bâtiments comme ça… Comme le Musée de la romanité qui coute 60 millions d'euros. Alors qu'avec beaucoup moins, on aurait pu rénover le patrimoine de Nîmes.

Alain Fabre Pujol, candidat EELV déclaré pour les municipales de 2014 à Nîmes.

O.G : Cela me pousse à vous poser la question, que pensez-vous de la gestion de la ville ? 

AFP : Et bien je ne retiendrai que deux chiffres : 13% de chômage et 17% de taux de pauvreté. Le bilan est désastreux, la fiscalité locale et les 210 millions d'euros de dette sont aberrants.

O.G : Pour finir, on a vu les CRS molester des militants EELV sur le site du futur aéroport Notre-Dame-des-Landes, alors que des membres EELV sont au gouvernement.

Cette situation "ubuesque" ne reflète pas, en quelque sorte, la situation "ubuesque" de votre parti au sein du gouvernement ? Le PS ne vous écoute pas vraiment et on passe outre, notamment sur la question du nucléaire, du traité européen… 

AFP : Je tiens à dire que je condamne ce qu'il s'est passé. Après, je fais parti de ceux qui se questionnent sur la présence des écologistes au sein du gouvernement. Mais si nous avons un certain nombre de désaccords, quelques petites choses ont été réalisées, comme les avancées sur les énergies renouvelables, la réquisition de logements vides…

Propos recueillis par Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

3 réactions sur “EELV : Alain Fabre Pujol, Nîmes dans le viseur pour 2014”

  1. C’est vrai que le bilan est désastreux. Autant que celui du conseil général, du conseil régional et bientôt celui du gouvernement. On peut affirmer que les uns et les autres sont interchangeables et que l’alternance est un mot aussi creux que leurs politiques.

  2. Son expérience, sa connaissance des dossiers municipaux, sa constance, font de lui un excellent candidat aux prochaines municipales à Nîmes, puisse l’ensemble des forces de la gauche, des démocrates et des écologistes, se rassembler autour de lui pour cette alternance tant attendue par les Nîmoises et les Nîmois après douze ans de règne sans partage de la droite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité