A la uneNîmes Olympique

LOSC – NÎMES OLYMPIQUE : 3-2. À l’expérience…

Hier soir, les crocos ont tout vécu. Ils ont d'abord failli passer près de la correctionnelle avant de faire douter un Lille qui était pourtant bien en place. Côté Nîmois, il y a vraiment de quoi regretter cette première mi-temps catastrophique et ce réveil beaucoup trop tardif. Le parcours en coupe de France du Nîmes Olympique s'arrête donc, assez logiquement, chez le huitième de Ligue 1.

Les Lillois, bien préparés, savaient que les Nîmois ne répondaient pas toujours présent dans les entames de match. Ils se sont appliqués à faire en sorte que ça continue. Dès la deuxième minute, une tête de Marko Basa, bien servi sur coup-franc par Marvin Martin, frôle la barre de Merville. Dans la foulée, à la 7eme minute, Pedretti trouve Dimitri Payet seul à 25 mètres. L'avant-centre lillois a tout le temps d'armer une frappe en demi-volée qui vient tromper Merville. 1-0. Les Lillois sont sereins et maîtres du ballon. Dans cette première période, ils ne seront inquiétés qu’à une reprise par les Nîmois. Robail à l’entrée des 18 mètres décale parfaitement Gragnic, lancé, qui frappe comme elle vient. Le missile est superbement repoussé par Steeve Elana, le portier nordiste. Ensuite, la démonstration sera du côté lillois. Une tête piquée de Nolan Roux retombe dans les bras de Merville qui s’emploie à deux reprises pour la saisir. A la 37eme, Payet, encore seul s’avance dans la défense nîmoise et décale Rodelin qui pique son ballon vers le but. Une grande confusion permet à Merville de récupérer le ballon. Les Lillois, eux, réclament un pénalty sur une main, involontaire, du capitaine nîmois Benoit Poulain. Puis, à la 44eme, juste avant la mi-temps, vient le chef d’œuvre de la soirée. Balmont, à une vingtaine de mètres, reprend de volée un ballon qui traîne. La balle se dirige en pleine lucarne. Rien à dire. C’est splendide et ça fait 2-0 à la mi-temps.

Les Nîmois reviennent dans le match avec la volonté de changer les choses. Dès la 47eme minute, Gragnic arme une frappe à 20 mètres qui est déviée par Robail au fond des filets d’Elana. L’arbitre de touche signale un hors-jeu pas évident du tout. Dommage pour les Nîmois qui vont prendre une claque à la 52eme minute. Nolan Roux, au milieu de 4 défenseurs, parvient à glisser le ballon sous les bras de Merville. A 3-0, la messe est dite. Enfin presque… Parce que comme face à Niort lors de leur dernier match aux Costières fin décembre, ou comme souvent cette saison, les Nîmois vont se réveiller à l’heure de jeu. Gragnic sonne la révolte, élimine Chedjou d’un bon crochet et frappe du gauche. Elana est battu. 3-1. Dix minutes plus tard, Ogounbiyi, remplaçant en début de match et qui a fait une très bonne entrée, sert idéalement Seydou Koné qui coupe parfaitement le ballon devant Elana. Lentement, la balle vient se loger au fond des filets. Ca fait 3-2 et il reste vingt minutes à jouer. Tout est encore possible. Piqués au vif, les Lillois réagissent sur coups de pieds arrêtés. Un magnifique coup-franc de Lucas Digne, à l’entrée de la surface, trouve l’arête de la lucarne de Merville (74’). Les Lillois vont faire tourner le ballon et gérer. Ce sont eux qui auront les plus belles occasions en fin de match. Un coup-franc de Pedretti à la 87’ s’écrasera sur la barre et Nolan Roux, à la 92eme, rate l’immanquable en un contre un face à Merville. L’arbitre gâchera la fête en expulsant, très sévèrement et dans un match qui était très correct, Haddou après un tacle sur Balmont (90’). Assez logiquement, les Lillois s’offrent un 16eme de finale de coupe de France. Les Nîmois, eux, n’ont plus que le championnat et ce déplacement loin d'être évident chez le leader nantais ce vendredi.

Les réactions :

Benoit Pedretti : « On prend deux buts évitables. Il faut corriger ça. On pouvait faire tourner la balle tranquillement. En championnat, on affrontera des équipes plus relevées et ces matchs-là seront plus durs. On est quand même contents d’être passés ».

Benoit Poulain : « On n’a pas joué avec nos armes. Je suis déçu même si on a limité la casse. On ne s’est pas lâché. On les a trop regardés jouer ».

Jean-Louis Gazeau : « C’est une déception en terme de résultat même si on ne peut pas dire que la victoire lilloise est imméritée. Il n’y avait cependant pas lieu de sortir ce carton rouge au vu de la correction du match ».

Victor Zvunka : « En première mi-temps, on a fait un match amical. Pas un match de coupe. On n’était pas sur le porteur du ballon, on les a laissés frapper. La preuve, on prend deux buts en dehors de la surface. Je regrette ce carton rouge qui est sévère. C’est pas un attentat. Je veux bien perdre mais pas de cette façon là. Aujourd’hui, on paie notre début de match".

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité