A la uneNîmes Olympique

ARLES-AVIGNON – NÎMES OLYMPIQUE : 1-1. Un nul qui n’arrange personne

Arles-Avignon Nîmes Olympique - Vincent Gragnic inscrit le premier but du match sur Penalty

Match étrange au Parc des Sports d’Avignon. Au coup de sifflet final, on ne sait pas si Nîmes peut être satisfait de son point pris à l’extérieur alors que les crocos ont joué plus d’une heure à dix contre onze, sans un véritable gardien dans les buts. Ou si Nîmes doit avoir des regrets au vu des quelques contres qui auraient pu faire mouche s’ils avaient été mieux négociés. Un match des nîmois à la fois héroïque et décevant.

C’est sur la musique de Rocky que les deux formations entrent sur le terrain. Une musique qui résume bien le combat que les deux équipes vont devoir se livrer. L’une pour s’éloigner de la zone de relégation, l’autre pour continuer à rêver de Ligue 1. Et justement, assez vite dans la rencontre, on se dit qu’il y a peut-être un bon coup à jouer pour les nîmois car dès le 14eme minute, l’arbitre de la rencontre, Cédric Cotrel, désigne le point de penalty après une frappe de Nouri contrée bien involontairement par une main adverse. Gragnic s’élance et prend Ludovic Butelle à contre pied d’une frappe à ras de terre. 0-1. Ce but donne confiance aux nîmois qui s’installent dans le camp avignonnais. Mais sur un contre, Jonathan Tinhan, bien lancé, part au but encadré par deux nîmois. Merville décide de sortir – était-ce nécessaire ? - et percute l’attaquant (24’). L’arbitre n’hésite pas et sort le rouge. On s’attend alors à voir Al-Shaïbani entrer sur le terrain mais Victor Zvunka, voulant jouer la gagne, a choisi à quelques minutes du coup d'envoi de ne pas l’inscrire sur la feuille de match. Pari risqué. C’est donc Mohamed Benyahia qui enfile les gants de Merville. Il reste alors plus d’une heure de jeu... C'est long ! Et contre toute attente, c’est Riad Nouri qui est à deux doigts de doubler la mise. Il est repris au tout dernier moment alors qu'il se présente face à Butelle (41’). Piqué au vif, Arles-Avignon se réveille par Tinhan dont la frappe, trop molle, est captée par Benyahia. Savanier, seul à l’entrée de la surface, tentera également sa chance mais ça passe au-dessus.

Victor Zvunka, déçu à l'issue de la rencontre

A la reprise, les nîmois se montrent les plus dangereux. Gragnic déborde et centre en retrait pour Benezet qui reprend de volée. Butelle est sur la trajectoire (53’). A la 66eme, Nouri élimine plusieurs joueurs adverses et donne un caviar à Bouby qui échoue dans son duel face à Butelle (62’). Que d’occasions pour une équipe réduite à dix. Et Nîmes va payer cash son manque de réussite. Quatre minutes plus tard, Maurice Dale lancé en profondeur gagne son coude à coude contre Poulain et trouve Caceres au centre. L’attaquant, seul, croise sa frappe et trompe Benyahia qui n’a rien à se reprocher. 1-1. Arles va ensuite pousser pour inscrire le deuxième but mais aussi s’exposer considérablement. Bouby, trouvé au deuxième poteau, ne cadre pas son tir (80’). Nouri butera sur Butelle et Corrèze frappera dans les nuages. Benyahia, lui, prend de plus en plus confiance dans les buts et s’autorise même une sortie aérienne digne d’un Bernard Lama de la grande époque, prise de balle pleine d’assurance qui lui vaut une ovation du public. Si on doit voir le bon côté des choses, Victor Zvunka s'est trouvé un nouveau gardien ce soir. En revanche, la montée en Ligue 1 s'éloigne encore un peu plus.

Les réactions :

Franck Dumas, entraîneur d'Arles-Avignon

Franck Dumas : « C’était un match bizarre, compliqué à jouer. Il y a eu beaucoup de fautes techniques sur un terrain moyen. Nîmes a joué crânement sa chance et après ils ont été solidaires. Nous, on a été trop désordonnés. On n’a pas été assez patient à mon goût. C’est rageant parce qu’on a besoin de points. Je reste sur ma faim ».

Victor Zvunka : « On méritait beaucoup mieux que ce point. J’étais venu pour gagner. C’est pour ça que j’ai pris le risque de ne pas mettre de deuxième gardien sur la feuille de match. On a fait de mauvais choix dans les vingt derniers mètres. On doit plier le match. On reste en vie quand même et on va jouer notre chance à fond face à Dijon. C’est pas fini ».

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité