A la une

NÎMES Des « R » tracés à la peinture blanche sur le bitume en signe de ras-le-bol

Atelier peinture le long de la N113 à Bernis, à quelques centaines de mètres du radar. Photo DR/S.Ma

Les motards en colère, et ils le sont vraiment, ont organisé ce samedi après-midi, une opération Atelier peinture sur les routes gardoises. Partis de Nîmes, faisant vrombir leur moteur, une dizaine de motards membres de la FFMC (Fédération Française des Motards en Colère) du Gard, ont roulé sur la nationale 113 en direction de Bernis. Ce n'est qu'à quelques centaines de mètres du radar situé à l'entrée de la commune qu'ils ont coupé le contact de leur machine pour s'atteler au marquage du sol, là même où ils avaient lors d'une précédente opération similaire inscrit à la peinture blanche un "R" placé au milieu d'un triangle. "Les agents de la DGIR (Direction générale des infrastructures routières, Ndlr) l'ont enlevé en utilisant la méthode du grenaillage, ce qui fait des trous dans le bitume, ça peut être très dangereux si ça se remplit d'eau" s'agace Patrick De Jonghe, coordinateur adjoint de la FFM 30, un rouleau et un pot de peinture à la main. S'ils veulent abîmer les routes, ça les regarde, le nouveau "R" nous n'allons pas le dessiner sur l'ancien."

Après Bernis, les motards en colère ont filé à Milhaud puis à Nîmes où deux radars ont été installés sur la route de Beaucaire. Photo DR/S.Ma

Ainsi, sous les yeux des automobilistes qui passaient par là, certains n'ont pas manqué de faire entendre leur soutien, les motards se sont mis à la peinture (normalisée), à même le goudron. Pourquoi ? Pour pester contre les radars pédagogiques. "Ces radars pédagogiques placés sur des zones accidentogènes où des radars fixes ont été installés ne sont pas efficaces. Pour avoir fait des tests, nous pouvons vous certifier que les vitesses sont erronées. Et lorsqu'il fait mauvais temps comme les jours passés, le capteur solaire ne permet pas au radar de fonctionner." Avec leur sigle bien visible au sol, les motards en colère veulent avertir leurs camarades à deux roues et même les automobilistes d'un danger potentiel. "C'est une action citoyenne que nous faisons. Il est temps que l’État revienne, comme il l'avait annoncé, aux panneaux annonciateurs" ajoute Patrick Jonghe. Après Bernis, les motards en colère ont filé direction Milhaud puis Nîmes, sur la 2x2 voies de la route de Beaucaire où deux radars viennent tout juste d'être installés.

Les "Journées Trajectoires"

En marge de cette opération, toujours pour la sécurité des motards, la Fédération française de motards en colère du Gard organisera le 9 juin prochain une journée de sécurité routière nommée « Journée Trajectoires » à Nîmes. Plus d'infos au 06 59 49 14 34 ou sur ffmc30.fr.

En images

S.Ma

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité