A la uneEconomiePolitique

PONT-DU-GARD. L’aqueduc romain tire son épingle du jeu grâce aux touristes étrangers

De gauche à droite, Damien Alary, président du conseil général, William Dumas, président de l'EPCC et Paolo Toeschi, directeur général de l'EPCC. Photo D.R/C.M
De gauche à droite, Damien Alary, président du conseil général, William Dumas, président de l'EPCC et Paolo Toeschi, directeur général de l'EPCC. Photo D.R/C.M
De gauche à droite, Damien Alary, président du conseil général, William Dumas, président de l'EPCC et Paolo Toeschi, directeur général de l'EPCC. Photo D.R/C.M

665.000 personnes ont foulé le Pont-du-Gard cet été, soit une progression de 8% par rapport à l'année dernière. En pleine tempête économique, les touristes étrangers tirent la fréquentation du site vers le haut. Las des "polémiques stériles", l'EPCC se félicite de la politique menée.

Pont du Gard/ Photo D.R/C.M
Pont du Gard/ Photo D.R/C.M

C'est désormais une tradition. Début septembre, les membres de l'EPCC (Etablissement Public de Coopération Culturelle) dévoilent les premiers chiffres de la fréquentation estivale. Et ce matin, à l'hôtel du département, les mimes réjouies présageaient une belle moisson pour l'aqueduc romain. "En dépit de ce tableau morose : crise économique, difficultés des ménages et météo plutôt défavorable en début de saison, le Pont-du-Gard a bien résisté", annonce en prémices William Dumas, président de l'EPCC.

665.000 visiteurs. De juin à août, ce sont près de 665.000 visiteurs qui ont foulé l'aqueduc romain, soit une progression de 8%, par rapport à la même période en 2012. Depuis le début de l'année, un peu plus d'un million de personnes ont été enregistrées. De quoi conforter le monument, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, dans le top 5 des sites les plus visités au monde.

En pleine tempête économique, la clef de la réussite du Pont-du-Gard réside dans la "croissance de la clientèle étrangère", venue compenser la baisse de la fréquentation française. La classe moyenne française a représenté cette année 55% contre 45% pour la clientèle étrangère, soit une croissance de près de 5%. "En 2005 nous avions décidé d'attaquer le marché chinois. Nous avions à l'époque 500 visiteurs chinois, aujourd'hui nous en comptons 20.000", insiste William Dumas, mettant en avant "le nouveau site internet disponible en 9 langues".

Au delà de ces bons chiffres, l'établissement public qui emploie 90 personnes -130 en pleine saison- s'enorgueillit de son "autofinancement à hauteur de 80%". Chaque année ce sont près de 2,5 millions d'euros qui sont investis dans le site. "Il faut arrêter maintenant avec toutes ces polémiques stériles. Je suis un président heureux et fier, n'en déplaise à certains", lance le président du conseil général, Damien Alary, faisant référence à la manifestation contre la politique tarifaire, en juin dernier.

Cap sur l'Inde. Les stratégies commerciales de l'EPCC se dessinent à présent autour de la clientèle indienne. Le joyau de la couronne, géant démographique, représente "un marché colossal", assure Paolo Toeschi, directeur général de l'EPCC. Reste à étoffer la capacité hôtelière du secteur du Pont-du-Gard qui laisse à désirer... "Nous sommes actuellement en pleine négociation avec les communes pour dégager des terrains et construire des hôtels de différentes gammes", annonce Damien Alary. "Le Pont-du-Gard est un facteur d'espoir pour le département (…) Les résultats sont bons, malgré ce que l'on peut dire. Et si ça continue, ça prouve que la politique menée est bonne", conclut Damien Alary, l'oeil combatif et la mèche toujours aussi rebelle.

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

11 commentaires

  1. çà fait du bien de lire ce genre de bonnes nouvelles; çà change de l’actualité toujours négative. Cet été, j’ai pu amener des amis anglais au Pont du Gard; c’était super; ils ont adoré; le muséum est très bien expliqué.

  2. Complètement d’accord avec l’articlle; arretons les polémiques inutiles. La gratuité est proposée aux gardois, c’est super, profitons-en et réjouissons nous de l’évolution des touristes étrangers dans Gard, cela ne sera que bénéfique aux commerçants et hoteliers qui ont bcp souffert cette année. Bravo à l’équipe du Pont du Gard.

  3. A ce que je peux lire, ce merveilleux site sera désormais pour les gardois (gratuit) et les touristes étrangers!!! Leur vision du site est: un maximum de groupes étrangers qui restent minimum 3 heures sur le site. Pour qui sont les profits? Les commerçants autour n’ont qu’à regarder les cars passer sans broncher ?
    Aussi, les touristes français, souffrant de la crise, donc moins intéressant financièrement parlant, n’ont plus accès à la culture. Merci!!!!

    Les polémiques « stériles » s’appuient sur des commentaires concrets, de tous les jours.
    Cette année est bonne car les touristes non informés sont venus et ont du payer car après tout, ils sont venus dans notre région pour voir le Pont! Mais beaucoup disent : nous ne reviendrons plus et nous préviendrons nos amis. Les administrateurs du Pont sont ceux qui stérilisent celui-ci peu à peu.

    J’ai lu aussi que la voie verte ne passera plus par le Pont. (Mesure décidée par l’EPCC). Le cyclotourisme, qui est en grand développement, est ainsi écarté. Les cyclotouristes n’ont certainement pas la même épaisseur de portefeuille que les Chinois et les Indiens? Ils préfèrent avoir des clients qui viennent en voiture et payent 18 euros!!
    Merci pour la planète….

  4. Renaud ,il me semble que vous ne traduisez pas la réalité ! Si le pont a ces résultats c’est parceque un très gros boulot est réalisé qui profite bien a tous et surtout à ceux qui sont proches du pont .Retraite je li beaucoup et partout c’est la même chose : moins de français !et heureusement pour l’économie locale qu’il y a eu beaucoup d’étrangers ,et reconnaissez qu’il n’y a que le pont qui fait ce travail . Croyez vous sérieusement que la pauvreté des propositions culturelles ou touristiques de nos communes attirent les touristes étrangers ou même français ? Allons donc
    Quand aux vélos moi je préférerai les voire passer dans nos villages pour justement améliorer les moyens des commerces que encore les envoyer au pont ! Fixons les a Remoulins ,a vers. ,a castllons ,nous en profiterons et ils iront comme tous les touristes visiter le pont .
    En tout cas râler sans cesse ,et manifester c’est sûrement plus facile que de travailler .Alors au travail !!

    1. Leversois,

      Je travaille et justement je crains pour mon travail qui dépend du tourisme.

      Je ne nie pas les efforts faits mais ils ne sont faits que pour le site du Pont du Gard. Les petits commerces des communes alentours ne sont pas intéressés, ni consultés.

      Vous voulez que les cyclistes restent dans nos villages!!!!bien ! très bien même! Alors POURQUOI les gérants du Pont ne veulent pas de la voie verte sur le Pont? comment intéresser les touristes à vélo à nos villages sachant qu’ils sont bien moins attractifs que le Pont.

      Mais les gérants du Pont veulent centraliser les touristes sur LEUR site.

      Ils sont en train de négocier avec les communes alentours pour obtenir des terrains pour construire un ou plusieurs hôtels pour amener des groupes qui resteront sur le site du Pont et n’iront pas dans les villages alentours !!

      Je vois dans la presse que nous les remercions pour donner la gratuité aux Gardois, aux étudiants de la région. Mais cela n’est il pas fait surtout pour essayer de minimiser les actions de leurs opposants qui ont bien moins de moyens pour se défendre…?

      Je dis qu’un tarif horaire pour le parking et les services utilisés doit être crée. Les personnes payeront en fonction de ce qu’ils font sur le site et le temps qu’elles y passent.

      La réalité, je suis en plein dedans et j’ai les clients en face tous les jours.
      Sincèrement, je crains pour mon emploi !!

  5. La polémique n’est pas près de s’éteindre, n’en déplaise aux assiégés du Pont du Gard.
    Les chiffres de 2013 sont meilleurs que ceux de 2012?Mais en 2012 la fréquentation de 2012 avait baissé de 12% par rapport à 2011. Il s’agit donc au mieux d’un rattrapage partiel.
    Pourquoi une fréquentation stagnante, autour de 1,3 millions de visiteurs par an? Parce que le « produit  » Pont du Gard est vendu bien trop cher depuis la réforme tarifaire de 2009.
    Cette année, on fait payer les piétons. C’est tuer le tourisme local des clients des hébergements proches du pont du Gard, pour lesquels l

  6. Je continue mon commentaire précédent interrompu par un clic inopportun:

    Faire payer les piétons, c’est donc tuer le tourisme local, sans profit pour l’EPCC, car personne ne se présentera aux entrées piétons pour payer 10 euros, quand le tarif aura été publié sur les guides et les sites web touristiques et colporté par le bouche à oreille.

    Et la voie verte? Elle ne passera jamais par le pont du Gard affirme M. Dumas? Jamais? C’est un mot qui n’existe pas en politique. M. Dumas n’est pas éternel et un nouveau président plus ouvert (cela doit se trouver) aux formes de tourisme et aux loisirs nouveaux le remplacera bientôt.

    M. Alary flanquait le tandem Toeschi -Dumas, pour signifier l’appui du conseil général, ou plutôt son appui personnel, car M. Alary a empêché tout débat sur la fin du libre accès piétons et vélos. M. Alary non plus n’est pas éternel. Un prochain jour, son successeur mettra en balance l’intérêt de la Voie Verte pour le département et les raisons de l’opposition de l’EPCC au passage des cyclistes (à pied) sur le pont Pitot. Sa décision sera vite prise.

    L’intérêt du département (verser moins de subventions à l’EPCC) et celui de l’EPCC (améliorer le taux de couverture des dépenses d’exploitation par les recettes) vont directement à l’encontre des intérêts de l’économie touristique locale. Les cars de touristes étrangers « zappant » sur nos sites ne rapportent rien à l’économie locale, contrairement aux touristes fréquentant les hébergements locaux.

    Autre observation: les chiffres présentés concernent la fréquentation. Attendons les résultats pour avoir une idée complète de l’impact réel de la réforme des conditions d’accès au site du pont du Gard: quel est le coût des gratuités et des tarifs réduits consentis par l’EPCC? Quel est le coût de la perception des tarifs piétons? Est-il seulement supérieur aux recettes?

    Dernière remarque: la polémique n’était pas si stérile que cela puisqu’elle a déjà conduit l’EPCC à étendre à toutes les communes gardoises la gratuité prévue à l’origine pour les trois communes riveraines et à proposer des « conventions » avec des hébergeurs prévoyant des traifs réduits pour leurs hôtes. Toutefois, un tarif réduit est toujours trop cher pour une prestation jusqu’à présent gratuite. Quant à traîter par dessous la jambe les positions de la communauté de communes du Pont du Gard, de Nîmes, d’Uzès et d’autres communes, des offices de tourisme, d’associations regroupant des dizaines de milliers d’adhérents et des dix mille signataires des pétitions (en ligne et « papier »), c’est se montrer un peu « gonflé », juste avant des échéances électorales à l’occasion desquelles les auteurs de ces propos méprisants devront rendre des comptes.

  7. Ça y est le vieux Greal aigri est de retour avec toujours la même arrogance de celui qui sait tout . Manifestement déverser tant de bêtises en si peu de mots nourri sa vie qui a du être bien triste . Allez présentez vous aux élections , soyez élus , privatisez le pont pudique vous en rêvez et nous verrons si les gardois les enfants et les cyclistes resteront gratuits Vous vous moquez du monde !!

    1. Jean-Yves Gréhal n’éructe pas à identité masqué, lui ! Mais quand on a des intérêts (!) dans le système on peut comprendre ce manque de transparence !!!

  8. Vous voulez dire que MGreal a tombé le masque et montre jour apres jour qu’il milite pour l’UMP et culture espace pour privatiser le site! mais nous a Vers et surtout a Castillon on le connait bien!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité