ActualitésPolémique.

VAUVERT. Une corrida de « bienfaisance » qui ne passe pas pour les anti

b_400_600_0_10_images_cartels_2013_Cartel_Vauvert_01112013Vendredi 1er novembre, l'empresa Tracorarte avec à sa tête Didier Cabanis, Philippe et  Pierre Cuillé, organisera le premier Grand Festival Taurin à Vauvert. Dès 14h30, les organisateurs proposeront une corrida avec six novillos de la ganaderia Philippe Cuillé et un novillo de Christophe Fano. Le petit plus de l'événement : L'intégralité des bénéfices (18€ l'entrée) sera reversée à l'association montpelliéraine La Clé, qui a pour but d'améliorer le quotidien des enfants atteints de cancer et de leucémie ainsi que celui de leurs parents en milieu hospitalier. Un acte de solidarité qui pourtant ne passe pas du côté des anticorrida.

"Le 1er novembre prochain, aura lieu à Vauvert (Gard) une corrida dite de « bienfaisance » pour venir en aide à des enfants atteints de leucémie et durant laquelle des taureaux de « deuxième choix » seront suppliciés et mis à mort, enrage Claire Starosinsky, présidente d'Alliance Anticorrida, dans une lettre ouverte adressée à la Fédération Française de la Course camarguaise. Au-delà du fait que les organisateurs utiliseront la maladie des enfants pour faire du prosélytisme pour les corridas, deux raseteurs, Hadrien Poujol et Cédric Mirallès, ont accepté de banderiller ces taureaux ! Pour la première fois des afeciounas vont mettre à mal l'intégrité d'un Biou. Car un Biou est un Biou, fût il espagnol !

Nombreux sont les défenseurs de la Course, adversaires de la corrida, à être révoltés par l'image tachée de sang qui sera ce jour-là, et pour la première fois, donnée de notre belle tradition. [...] Le 10 octobre dernier, une proposition de loi demandant l'abolition de la corrida a été enregistrée par l'Assemblée nationale. C'est à ma demande que le texte comprend un paragraphe visant à « préserver » les courses landaises et camarguaises. Si un tel amalgame devait être réalisé, ces spectacles deviendraient, aux yeux de tous les protecteurs des animaux français et étrangers, absolument indéfendables... Par conséquent, je vous serais vivement reconnaissante de bien vouloir nous indiquer la position de la Fédération sur ce geste qui ne manquera pas de ternir l’image de la Bouvine."

Contactés par Objectifgard.com, les organisateurs du festival n'ont pas tenu à répondre "à cette nouvelle provocation". " Un coup c'est le CRAC, un coup c'est Alliance Anticorrida. Nous les respectons et ne voulons pas entrer dans la polémique. Ce festival nous le faisons pour aider l'association qui se démène pour les enfants malades et c'est notre but premier."

S.Ma

Etiquette

Vous aimeriez aussi

3 réactions sur “VAUVERT. Une corrida de « bienfaisance » qui ne passe pas pour les anti”

  1. Alliance Anticorrida nous informe que Laurence Abeille et d’autres parlementaires du groupe Écologiste ont déposé une proposition de loi dont l’objet est « l’interdiction de la corrida avec mise à mort et utilisation de piques et de harpons, telle qu’elle est pratiquée actuellement en France ». Le texte a été enregistré le 10 octobre à l’Assemblée Nationale.
    Continuons à signer nombreux la pétition pour apporter notre soutien à cette proposition de loi !
    http://www.mesopinions.com/petition/animaux/petition-citoyenne-suppression-corrida-france/9113

    1. Huit députés écologistes viennent de déposer une proposition de loi tendant à supprimer le 7eme alinéa de l’article 521-1 du Code pénal autorisant les Corridas dans le Sud de la France. L’exposé des motifs de cette proposition liberticide ressemblant d’ailleurs davantage à un tract qu’à un texte en vue d’une loi.

      Nous pouvions nous attendre à cette opération après les diverses provocations engagées par les anti-corrida dans quelques villes taurines et particulièrement après que deux élues EELV de Dax, membres de la majorité dacquoise, soient passées outre à un arrêté municipal interdisant toutes manifestions en direction des arènes de cette ville. Ce n’est pas la première fois que des députés abolitionnistes engagent cette procédure parlementaire. Souhaitons que comme les autres elle reste à l’état de proposition. Il y a actuellement des propositions de loi sur des sujets économiques, sociaux et sociétal méritant cent fois plus d’être débattues au Parlement.

      Le contenu de la proposition contient toujours les mêmes poncifs contre la Tauromachie. Par exemple, allant jusqu’à justifier l’abolition en fonction d’un sondage du CSA, commandité par les ultras de l’interdiction, indiquant que 57% des français seraient pour l’interdiction, sans indiquer d’ailleurs les sans opinion, oubliant au passage celui de l’IFOP pour le Midi Libre :réalisé aussi en septembre 2012 : 48 % pour l’interdiction, avec 10 % ne se prononçant pas, alors que dans les départements où la tradition taurine est implantée, seuls 39 % des sondés estiment que la corrida doit être interdite, tandis que 55 % optent pour son maintien. Il y a donc une très forte minorité nationalement pour la Culture Tauromachique devant être respectée au nom de la diversité culturelle dès l’instant où celle-ci ne met pas en cause la femme, l’enfant ou l’homme…
      Et que dire de l’argument plutôt chauvin concernant l’ancienneté de la Corrida en Franceque le projet fait remonter au 19eme siècle alors qu’une corrida de type espagnole eut lieu à Bayonne en janvier 1701. Sans oublier la tentative de diviser le monde du Taureau entre amateurs de corridas, courses camargaises et landaises…

      Le comble, nous y sommes habitués, étant l’amalgame : « C’est en protégeant les plus faibles (les plus âgés comme les plus jeunes, les plus pauvres, les malades, etc.) que l’humanité a progressé pour devenir ce qu’elle est aujourd’hui. La protection des plus faibles doit continuer et s’intensifier, en englobant également l’animal. » et il fallait oser avec « le lancer de nains »…

      Alors, souvenons-nous de la décision du Conseil constitutionnel le 21 septembre 2012 : «  6. Considérant qu’il résulte de ce qui précède que le grief tiré de la méconnaissance du principe d’égalité doit être rejeté ; que la première phrase du septième alinéa de l’article 521-1 du code pénal, qui ne méconnaît aucun autre droit ou liberté que la Constitution garantit, doit être déclarée conforme à la Constitution,
      D É C I D E : Article 1er.- La première phrase du septième alinéa de l’article 521-1 du code pénal est conforme à la Constitution. »
      Ne peut-on alors dire que supprimer cet article du Code pénal serait aller contre la Loi fondamentale

  2. Les mauvaises habitudes ne se perdent pas lorsqu’on choisit à mauvais escient l’animal contre l’enfant de plus atteint de leucémie…

    Les anti-corrida sont dans tous les domaines touchant la tauromachie des liberticides : solidarité, expositions de peintures, de photos, de films, statues, fresques… ils n’ont qu’un seul mot à la bouche : » INTERDICTION ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité