A la uneActualité générale.ActualitésPolémique.

NÎMES L’école Léo Rousson se mobilise pour la famille Manoukian. Le préfet fait un geste !

Inna Manoukian avec sa fille
Inna Manoukian avec sa fille

Parents d’élèves, professeurs et associations se sont retrouvés ce matin devant l’école maternelle Léo Rousson pour soutenir la famille Manoukian. Celle-ci vient de se retrouver à la rue après avoir été expulsée de l’Acôtel qui les hébergeait. Inna, 27 ans, son mari Vage, 38 ans, et leurs deux enfants de 2 ans et de 5 ans ont donc été contraints de dormir dans la rue, dans le froid glacial des nuits de novembre.

Le Conseil général a bien pensé à une solution en proposant que la mère de famille et son fils de deux ans soient pris en charge dans un hôtel, 15 km après Alès ! Une fois encore, comme la famille Elbiyev la semaine dernière (lire notre article), les Manoukian ont décliné l’offre. « C’est inhumain de demander à une mère de choisir entre ses enfants et d’abandonner son mari», dénonçait une mère de famille présente devant l’école ce matin.

Mobilisation devant l'école Leo Rousson
Mobilisation devant l'école Leo Rousson

Alors, les parents, les enseignants, le personnel cantine et les associations comme RESF ont pris le relai et ont trouvé une solution bien plus acceptable. Grâce à des dons, la famille Manoukian séjourne depuis quelques jours dans un hôtel nîmois. Seulement, cette solution n’est que provisoire (les dons couvrent les nuits d’hôtel jusqu’à lundi, NDLR) et beaucoup attendent maintenant un geste des autorités comme le directeur de l’école, M. Joly : « Il n’y a que M. le Préfet qui pourrait faire quelque chose. C’est lui qu’on va interpeller » avant de se réjouir de la mobilisation : « Je ne m’y attendais pas, c’est extraordinaire !» En souhaitant que le cas de cette famille reste, lui aussi, extraordinaire.

Dernière minute : Suite à cette mobilisation, le Préfet Hugues Bousiges a décidé de faire un geste fort pour cette famille. Un geste qui réjouit les soutiens de la famille Manoukian. Inna, Vage et leurs deux enfants seront désormais pris en charge par la Préfecture et logeront à l'hôtel dans l'attente d'une décision de justice qui sera rendue dans les jours, les semaines (?) à venir par la cour d'Appel de Marseille.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité