A la uneActualité générale.Actualités

MALI. L’heure du grand départ a sonné pour les Nîmois

D.R/
D.R/
D.R/

Ils sont en route direction Roissy où ils prendront, demain matin, l’avion pour Bamako, la capitale du Mali. « Ils », ce sont les 50 soldats du 503 ème régiment du train basé à Nîmes-Garons qui vont apporter leur « soutien logistique aux forces françaises » de l’opération « Serval« . Une opération de soutien à l’armée malienne pour lutter contre les groupuscules extrémistes et reconquérir le nord du territoire.

D.R/
Colonel Renaut, le chef de corps. D.R/

Ce sang neuf vient remplacer les deux escadrons qui terminent leur mission en Afrique. « On est en train de réduire le volume de nos forces sur place conformément à ce qui était prévu« , explique colonel Renaut, le chef de corps. Des déclarations qui corroborent avec celles du chef de l’état : en janvier dernier François Hollande avait expliqué que les effectifs militaires français seraient ramenés de 2.500 à 1.000 hommes d’ici la mi-février.

Regroupés au sein du bataillon « Camargue », c’est un hommage que le colonel Renaut a voulu rendre à sa terre d’accueil : « nous avons voulu réaffirmer notre appartenance au-delà des frontières et nous en sommes fiers« . Au total, plusieurs centaines de soldats composent le bataillon dont 180 du 503 ème régiment du train, basé à Bamako et à l’est du pays.

Sur le terrain, les soldats nîmois vont « changer les roues, opérer différentes répartitions sur les véhicules et le matériel, secourir si cela est nécessaire« , poursuit le chef de corps. Pour se faire, les militaires se sont entrainés plusieurs semaines. Des experts les ont aussi formé sur les us et coutumes de ce vaste pays qui fait deux fois et demi la France. Enfin, richesse culturelle de la France oblige, des soldats connaissaient les dialectes Peuls ou Bambara du pays… Un plus.

D.R/
Le sergent Johan Groult. D.R/

Famille et  devoir. Si la situation « n’est pas dangereuse« , les conditions extrêmement difficiles font naître des risques : « il fait chaud, plus de 40° à l’ombre en cette période de l’année (…) Les terrains, routes sont aussi très rocailleuses et peuvent déchirer les pneus, la poussière est permanente…« .

Alors, c’est à la foi le coeur plein de bravoure et de tristesse que nos soldats partent au Mali. « C’est vrai que c’est compliqué pour la famille. Mais c’est aussi notre devoir. Et puis, partir dans un théâtre qui vient de s’ouvrir, c’est très intéressant. Je suis heureux d’aller là-bas. Il faut bien avouer que les militaires recherchent aussi l’adrénaline« , témoigne Johan Groult, 26 ans, marié et papa d’un petit garçon.

Coralie Mollaret

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité