Actualité générale.Actualités

EXPOSITION L’artiste Piers Faccini à l’honneur dans la capitale des Cévennes

Piers Faccini, Leonard Cohen, portrait pour Songs I love, 2012 © Piers Faccini
Piers Faccini, Leonard Cohen, portrait pour Songs I love, 2012 © Piers Faccini
Piers Faccini, Leonard Cohen, portrait pour Songs I love, 2012
© Piers Faccini

Si Piers Faccini est aujourd’hui surtout connu en tant que musicien, c’est pourtant bien comme peintre qu’il a d’abord déployé son univers serein et intimiste. La carte blanche proposée à l’artiste dans le cadre du Festival de Cinéma d’Alès – Itinérances souhaite tout naturellement faire une place à cette activité de plasticien en regard des concerts et projections prévus tout au long du Festival.

Depuis de nombreuses années, le musée PAB est partenaire de cette manifestation phare de la vie culturelle alésienne et présente donc tout naturellement cette année la production plastique de Piers Faccini, rarement exposée en France. Rétrospective, cette exposition permet de saisir les évolutions mais aussi les permanences dans le travail de l’artiste sur plus de vingt ans, de 1993 à 2013. Elle sera visible du 26 mars au 15 juin 2014. Vernissage le 25 mars à 18h en présence de l’artiste.

La première salle est consacrée à l’œuvre peint de Piers Faccini. Dessinateur insatiable depuis son enfance et auditeur à l’École des Beaux-arts de Paris, Piers Faccini est pétri d’une solide culture en histoire de l’art. Il se réfère souvent à des œuvres majeures, iconiques, qui ont nourri son regard et peuple notre propre imaginaire de spectateur. Ainsi Les Ménines de Velázquez sont déstructurées, démontées, recomposées, comme pour tenter d’en saisir toute la complexité et ainsi percer le secret de sa fascination.

Le regard du peintre, sa faculté à saisir et à réinterpréter le réel est la préoccupation de Piers Faccini dans ses premiers travaux. Qu’il s’agisse de paysages ou de portraits, les grands thèmes de l’histoire de l’art sont l’occasion de poursuivre inlassablement le travail autour de lieux familiers ou de visages de proches.

Depuis peu, le travail de Faccini a évolué pour ajouter une sorte de filtre supplémentaire entre son regard et son modèle : la mémoire. Ainsi ses portraits ne sont plus peints d’après modèle, mais à partir des souvenirs de l’artiste. Le traitement pictural qui en découle privilégie l’estompe et l’indéterminé, créant un espace et un temps indéfinis et envoûtants.

La salle suivante regroupe 17 portraits réalisés pour illustrer le livre-album Songs I love. À partir de 2010, Piers Faccini rend hommage à des chansons qui l’ont touché et inspiré en en proposant des reprises ; ces morceaux sont regroupés en un CD accompagné d’un livre présentant des portraits d’artistes réalisés avec des papiers découpés. Cette technique particulière permet de construire l’image grâce à des formes synthétiques et de forts contrastes colorés ; en jouant sur les reliefs et en ajoutant des touches de couleurs franches, Piers Faccini crée des images frontales et directes, magnifiées par l’effet d’ensemble de la série.

La dernière salle établit de manière plus directe encore le lien entre le musicien et le plasticien. On découvre en effet les papiers découpés conçus pour illustrer 3 albums (My Wilderness, Between dogs and Wolves et un album de duo à venir avec son ami le violoncelliste Vincent Ségal). Dans ces compositions, des autoportraits côtoient des motifs chers à l’artiste en lien avec la nature. La projection de clips réalisés par Piers Faccini révèle une autre facette de son oeuvre, comme un prolongement nécessaire ; il s’agit en effet pour certains de films réalisés en stop motion ou animation en volume : les papiers découpés prennent vie dans des séquences oniriques, liant indissociablement univers visuel et musical dans une cohérence douce et sensible.

Et plus encore…

Dans le cadre de sa carte blanche au Festival Cinéma d’Alès – Itinérances, Piers Faccini sera en concert solo le 8 mars au Pont du Gard et le 3 avril en trio au Cratère. Il présentera également ses collaborations avec le cinéaste documentaire Philippe Borrel. Enfin, il a conçu l’affiche de cette 32e édition du Festival.

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Articles similaires

Un commentaire

  1. « Elle sera visible du 26 mars au 15 juin 2014. Vernissage le 25 mars à 18h en présence de l’artiste. »
    oui, mais où ? Alès est une petite ville mais néanmoins une adresse plus précise aiderait à trouver.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité