A la uneEconomieEconomie.

ÉCOLE DES MINES Les activités Nîmoises déménagement à Alès, Jean-Paul Fournier juge la décision « incompréhensible »

Le site Nîmois de l'Ecole des Mines d'Alès sera transféré à Alès d'ici 2017
Le site Nîmois de l'Ecole des Mines d'Alès sera transféré à Alès d'ici 2017 (Photo : DR)

 

Le conseil d'administration de l'école des mines d'Alès a pris la décision, hier soir, de supprimer, d'ici trois ans, les activités de formation et de recherche au sein du site de Nîmes.

Cette décision est motivée par les déficits récurrents de l'établissement nîmois, conséquence de la baisse des subventions accordées par la CCI de Nîmes (de 1,5 millions en 2011 à 600.000 euros en 2013). Ainsi, pour poursuivre les activités à Nîmes, l'école des mines revendique des besoins à hauteur d'environ un million d'euro.

Les réactions ne se sont pas fait attendre, premier à réagir, Jean-Paul Fournier, fraichement réélu à la mairie de Nîmes : "L’École des Mines d'Alès (EMA) décide de fermer définitivement en 2017 son site nîmois, malgré l'opposition et les engagements financiers de Nîmes Métropole et de la CCI Nîmes. C’est le 31 Octobre 2013 la direction de l'EMA a proposé de fermer son site nîmois et d’en redéployer les activités à Alès. Face à l'opposition de Nîmes Métropole et de la CCI Nîmes, l’EMA a chiffré le cout du maintien à Nîmes à 1,1 M€ par an à mobiliser, la décision définitive devant être prise lors du CA suivant, le 3 avril 2014. Compte tenu de l'importance du site nîmois de l'EMA en matière de formations supérieures et de recherches au service du développement économique et des entreprises, Nîmes Métropole a alors délibéré en s'engageant à verser une subvention annuelle de 200 000 € jusqu'en 2017. Parallèlement, afin de boucler le budget de 1,1 M€, Yvan Lachaud Vice Président de Nîmes Métropole a réuni en décembre les partenaires du dossier : EMA, CCi Nîmes, Conseil général du Gard et Région LR. Ces deux derniers ont répondu négativement sur leur participation malgré l'impact majeur de leurs décisions sur l'avenir économique de Nîmes et en termes d'emplois et de vie étudiante. Ce sont 21 enseignants chercheurs, 50 emplois et 200 étudiants qui quitteraient définitivement Nîmes. La CCI Nîmes a alors décidé de porter son engagement à 900 000 €. Son président, Henri Douais, Franck Proust Vice Président de Nîmes Métropole et Jacky Raymond Adjoint au Maire de Nîmes ont participé au CA de ce matin pour confirmer l’engagement de 1,1 M€ demandé par l’EMA. La suite semblait facile et permettait d'envisager sereinement le maintien de l’école à Nîmes. Son CA de ce jour n'a pourtant pas tenu compte du respect des engagements pris, il a autorisé son directeur à mettre en œuvre le plan de fermeture du site de Nîmes et le rapatriement des activités de recherche et de formation sur Alès. La Ville de Nîmes et Nîmes Métropole considèrent incompréhensible cette décision dans la mesure où les conditions posées lors du CA précédent ont été honorées, au prix de longues et difficiles transactions, qui ont mobilisé les forces vives de notre territoire nîmois concernées par ce dossier. Nous en appelons au Premier ministre dont nous espérons qu’il saura faire infléchir cette décision avec l’aide de l’un de ses plus proches collaborateurs qui aura l’occasion de faire la démonstration de son attachement à notre ville."

La CCI de Nîmes, à travers un communiqué, a décidé aussi de réagir : "Lors de son conseil d’administration du 31 octobre 2013, l’EMA a suspendu la mise en œuvre de son projet de « plan de rationalisation » (intégrant le déménagement de ses activités de Nîmes sur Alès), à l’obtention d’un financement de 1,1 M€ par an jusqu’en 2017 pour maintenir son site de Nîmes. Face aux enjeux que représente la présence de l’EMA à Nîmes pour les entreprises et porteurs de projets innovants, et malgré un contexte budgétaire contraignant pour le réseau national CCI, la CCI Nîmes a relevé ce chalenge : grâce à la mobilisation conjointe de Nîmes Métropole à hauteur de 200 K€/an, les 900 K€/an que la CCI Nîmes était prête à apporter constituaient une réponse adaptée au besoin de l’EMA pour maintenir durablement ses activités à Nîmes. Le conseil d’administration de l’EMA tenu le 3 avril a proposé une délibération à laquelle la CCI Nîmes et Nîmes Métropole, ainsi que les enseignants-chercheurs, se sont opposés : à la fois mettre en œuvre le plan de rationalisation, qui prévoit le départ des premières activités dès janvier 2016, et percevoir le financement de 1,1 M€ pour maintenir les activités du site de Nîmes…. et préparer leur transfert à Alès. Cette décision de l’EMA ne respecte pas les engagements pris par la CCI Nîmes et Nîmes Métropole, qui étaient conformes à l’attente du conseil d’administration du 31 octobre 2013. Réunie en assemblée générale le 3 avril au soir, la CCI Nîmes a considéré que la décision du CA EMA ne permettait pas de délibérer sur les éléments préparés par le Bureau CCI du 25 mars, et validés par sa commission des finances du 26 mars. Face à cette décision de retrait des activités du site de Nîmes, un nouveau modèle de collaboration est à établir entre la CCI et l’EMA, afin de parvenir à offrir aux entreprises et porteurs de projets des dispositifs performants sur le thème du développement économique."

 

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

1 commentaire sur “ÉCOLE DES MINES Les activités Nîmoises déménagement à Alès, Jean-Paul Fournier juge la décision « incompréhensible »”

  1. Il faut rappeler que ce départ a été envisagé après la décision unilatérale de la CCI de diminuer son financement.Maintenant Mr Douai (ex Adjoint de Fournier) fait des promesses .Il est évident que le climat de confiance a disparu.
    Les agglos se disputent ces écoles Nîmes,elle, menace de diminuer ses financements.Pourquoi?
    La CCI a ensuite annoncé mettre en place un plan de cautionnement des prêts avec ses fonds propres de 5M€ La CCI n’est donc pas en difficulté financière.
    Elle préfèrerait financer un parc Las Vegas ?Alors que les casinos ne se portent pas très bien (voir les déboires du groupe Partouche).Bizarre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité