A la uneActualitésActualités Gard.Polémique.

NÎMES Ecole Bruguier : les parents d’élèves mobilisés contre la fermeture d’une classe

Des parents d'élèves, ce matin devant l'école Georges Bruguier de Nîmes (TA)
Des parents d'élèves, ce matin devant l'école Georges Bruguier de Nîmes (TA)

 

Ils étaient une trentaine à 8h30 ce matin devant l’école Georges Bruguier, située dans le quartier du Chemin Bas d’Avignon, menacée de la fermeture d’une de ses classes à la rentrée prochaine.

Ils ont appris au début de la semaine la décision de l’inspection d’académie, et se sont mobilisés avec l’équipe enseignante. Yamina, parent d’élève, indique qu’un mail a été envoyé à tous les élus de la mairie, ainsi qu’au comité de quartier pour dénoncer cette situation.

Pour le directeur de l’établissement Christophe Boissier, la situation est grave : « pour nous c’est une catastrophe. Si ça se passe, la moitié de l’équipe éducative s’en va, et moi je me pose la question. » « Cette école elle tourne, ils vont nous la détruire. On se bat pour préserver la qualité d’accueil des enfants. » Et le directeur de saluer la mobilisation des parents d’élèves : « on a une super équipe de parents. »

« L’inspecteur d’académie ne voit qu’avec sa calculette »

Pourquoi supprimer une classe dans une école qui « tourne » ? La raison, assez technique, est une différence dans les projections du nombre d’élèves à la rentrée prochaine. L’Inspection Académique en projette 215 (soit 8 élèves de plus que cette année scolaire), le directeur 219 (soit 12 élèves de plus que cette année scolaire). Cette différence provoque un effet de seuil, qui serait donc préjudiciable à l’école : « l’inspecteur d’académie ne voit qu’avec sa calculette, on demande à sortir de cette logique-là. »

Une banderole déployée devant l'école Georges Bruguier (TA)
Une banderole déployée devant l'école Georges Bruguier (TA)

Il est vrai qu’il est difficile de faire comprendre aux parents comme à l’équipe enseignante la suppression d’une classe alors que de toute façon le nombre d’élèves doit augmenter à la rentrée prochaine…

Pour Christophe Boissier, le nerf de la guerre se situerait au niveau des moyens, « on nous a dit que ’les moyens viennent de là-haut’, à savoir du ministère, et que cette classe aurait déjà dû fermer avant. » Il faut dire que les parents d’élèves et l’équipe enseignante se battent depuis 5 ans pour maintenir cette classe, alors « quoi qu’il arrive, on restera mobilisés. La prochaine fois, on ne laissera pas les enfants rentrer dans l’école », avertit Yamina. Prochaine étape : un pique-nique devant l’Inspection Académique lundi midi.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité