A la uneActualité générale.ActualitésEconomie

HARIBO. Le conseil des prud’hommes incapable de trancher sur le sort des ex-interimaires

D.R/C.M
D.R/C.M
D.R/C.M

Nouveau rebondissement dans l'affaire des trois ex-intérimaires Haribo d'Uzès… Cet après-midi, c'est avec une impatience certaine et une confiance non dissimulée que les plaignants accompagnés de la CGT ont foulé le sol du conseil des prud'hommes. Mais une fois dans l'enceinte, ô surprise : "les juges ont décidé de ne pas décider", s'énerve avec ironie Jérôme M., délégué du personnel et syndiqué à la CGT.

Un juge professionnel du TI devra trancher 

En réalité, les quatre élus du conseil des prud'hommes (deux représentants des salariés et deux chefs d'entreprises, NDLR) ne sont pas parvenus à se mettre d'accord sur le sort des trois ex-intérimaires (lire ici). Jimmy Medan, 29 ans, Jilali Z., 33 ans et Sylvain L., 30 ans essuient ainsi leur troisième report de jugement. "C'est révoltant ! C'est un juge professionnel du tribunal d'instance de Nîmes qui va devoir trancher. Le problème, c'est qu'il y en a pour au moins un an", désespère Jérôme M..

Devant le conseil, Sylvain L.et Jimmy M. sont dépités : "c'est dramatique. C'est comme si nous reprenions à zéro ! Je suis dégouté, j'ai vraiment les boules !". Toujours sans emploi, Jimmy n'arrive pas à retrouver des contrats d’intérim satisfaisants : "avec toute l'ampleur médiatique qu'a pris l'affaire, c'est très compliqué aujourd'hui".

"Le système n'est pas fait pour encourager les gens à se battre pour leurs droits", vilipende Jérôme M.

"Mais quel signal donne la Justice ? Lorsqu'on licencie il y en a pour 8 jours et pour faire appliquer le droit des salariés il y en a pour des années ! Le système n'est pas fait pour encourager les gens à se battre pour leurs droits", vilipende Jérôme M.. "C'est à cause du manque de moyen de la justice", intervient un élu du conseil des prud'hommes syndiqué CGT.

Alors, à la question : continueront--ils leur combat, les salariés répondent unanimement "oui". Quant à la menace de la grève de la faim : "elle ne sera mise à exécution que si Haribo fait preuve de mauvaise foi". Ce qui visiblement n'a pas été le cas cette fois...

Coralie Mollaret

 

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité