A la uneActualités Gard.EconomieMédias.PolitiquePolitique.

LÉZAN Les médias dans le collimateur des communistes

Patrick Apel-Muller, directeur de la rédaction de l'Humanité, cet après-midi à Lézan. Eloïse Levesque/Objectif Gard
Patrick Apel-Muller, directeur de la rédaction de l'Humanité, cet après-midi à Lézan. Eloïse Levesque/Objectif Gard

Le débat sur la démocratie et les médias organisé à la fête communiste de Lézan ce week-end, a été agité. Les uns reprochant à la presse son manque de pluralisme, les autres dénonçant une médiacratie qui désinforme les lecteurs.

Le PCF avait invité de nombreux médias pour débattre cet après-midi à Lézan, devant un parterre d'une centaine de militants. Trois d'entre eux ont répondu présent,  Patrick Apel-Muller, directeur de la rédaction de l'Humanité, Guillaume Mollaret, journaliste pigiste pour Le Figaro et Challenges en Languedoc-Roussillon, et Jean-Pierre Michel, rédacteur en chef de La Marseillaise de Nîmes.

Contrairement aux éventuels a priori, le journaliste représentant la droite sur l'échiquier politique a été relativement épargné par un public pourtant mordant. Excepté peut-être sur l'un des sujets qui fâchent, Jean Jaurès, fondateur de l'Humanité en 1904 et fil rouge de cette édition 2014 de la fête de Lézan. "Jaurès a tenu des propos antisémites en son temps, même ce n'est pas le débat d'aujourd'hui", a glissé Guillaume Mollaret, qui n'a pas tardé a avoir le retour de bâton. "Vous parlez d’honnêteté intellectuelle dans le journalisme, ce que vous dites ne l'est pas!", a lancé un militant de la première heure.

Une bonne centaine de personnes étaient présentes pour le débat. Eloïse Levesque/Objectif Gard
Une bonne centaine de personnes étaient présentes pour le débat. Eloïse Levesque/Objectif Gard

La presse vendue à un système marchand, la presse qui désinforme, la presse qui ne donne pas assez la parole aux communistes et à leurs opinions, le public ne décolérait pas cet après-midi contre les médias : "Tous les journaux se ressemblent et disent la même chose : il n'y a plus d'argent. Mais il y en a!", soutenait un jeune élu de Cendras. Et au directeur de l'Humanité de rétorquer : "Le Figaro est déficitaire. Il a malheureusement besoin du soutien de grands groupes. Quant aux journalistes, ils vivent dans le même système que vous tous. Ils sont sur-diplômés et ne trouvent pas d'emploi, ou sont précaires. Ils suivent les commandes de leur rédaction en chef qui elle-même est soumise aux problèmes économiques. A l'Humanité, on ne peut embaucher. On a perdu 1 million d'€ d'aides publiques aux quotidiens à faibles ressources publicitaires en 4 ans".

De son côté, La Marseillaise, à l'origine branche du parti, a essuyé de nombreuses critiques de la part des militants, accusée, à Nîmes, de ne plus suivre la ligne éditoriale de l'extrême gauche. Son représentant, Jean-Pierre Michel a tenté de donner le change : "Nous sommes avant tout des localiers, et nous nous élevons contre la politique menée par Jean-Paul Fournier et Yvan Lachaud. Et nous le disons chaque jour sans relâche. En revanche, le rôle du journalisme ne remplace pas celui de militant".

Etiquette

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité