A la uneFaits DiversJustice.

NÎMES Préfecture du Gard : Bilan sur la délinquance positif mais les violences sexuelles persistent

Le Préfet du Gard lors de la conférence de presse du mercredi 16 juillet
Le Préfet du Gard lors de la conférence de presse du mercredi 16 juillet

C'est le bilan dressé ce mercredi 16 juillet par le Préfet du Gard lors d'une conférence de presse. Des chiffres significativement à la baisse, terni par ce constat : les violences physiques et sexuelles sont en progression.

Au menu étaient attendus les chiffres du 1er semestre 2014 concernant la délinquance et l'insécurité routière. L'occasion de rappeler les 3 objectifs principaux : poursuivre la lutte contre les atteintes aux personnes notamment sur la voie publique, consolider les résultats en matière de lutte contre les cambriolages et renforcer la lutte contre les atteintes à la tranquillité publique. Le Gard, tristement considéré comme un département à niveau élevé de délinquance, connait cependant des diminutions importantes faisant redescendre le département à la 15 ème place nationale, autrefois dans les 10 premiers. L'objectif des équipes de gendarmerie et de police est de confirmer cette tendance jusqu'à descendre à la 20 ème place. Pour exemple, la délinquance a diminué de 4,72 %, soit 508 faits constatés en moins. Les atteintes aux biens (cambriolages, vols d'automobiles ou deux roues) sont également en baisse de 8,3% soit 633 faits en moins. Ces chiffres encourageants le sont d'autant plus dans les ZSP (Zone de Sécurité Prioritaire) comme Saint-Gilles et Vauvert, ou la diminution des cambriolages et des atteintes aux biens chute d'environ  39.5%.

Les atteintes à l'intégrité physique gagnent du terrain

C'est le bémol constaté à la lecture des chiffres donnés par la préfecture. Mis en corrélation, les données enregistrés par la gendarmerie et celles de la police démontrent la même tendance : les violences physiques et sexuelles sont en progression de 51,4% selon la gendarmerie (passant de 72 faits en 2013 à 109 en 2014), de même que les violences physiques crapuleuses (13.3%). Les violences intra-familiales sont stables (392 faits en 2014 contre 394 en 2013). En Zone de Sécurité Prioritaire, Chemin-Bas d'Avignon et Mas de Mingue enregistrent également une hausse de 16% des atteintes volontaire à l'intégrité physique.

Des chiffres qui se vérifient au niveau national, comme le montre une récente étude de l'ONDRP (Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales), mais qui sont explicables par plusieurs phénomènes. Le dépôt de plainte en ligne mis en place par les services de préfectures en mars 2013 a facilité la comptabilisation des données et logiquement augmentées leurs nombres. Mais si cette tendance ne doit pas être prise à la légère, sans pour autant dramatiser la situation, elle doit être surveillé de très près au cours du prochain semestre.

Etiquette

Baptiste Manzinali

Diplômé de l'ESJ, passionné d'actualité en général, musique, football, cinéma, jeux vidéo et civilisations anciennes.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité