A la uneNîmes Olympique

NÎMES OLYMPIQUE – ANGERS 3-2. Tout a changé chez les crocos : ils gagnent même leur premier match !

Nîmes Olympique - Angers SCO. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Nîmes Olympique - Angers SCO. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Président, entraîneur, joueurs, sponsors… Tout a changé au Nîmes Olympique. Si tous ces bouleversements ont inquiété certaines personnes, force est de constater que la détermination et les choix du président Conrad, pour le moment, sont payants. Nîmes n’avait plus remporté son premier match de championnat depuis sept saisons ? La malédiction est rompue. Et puis, il y a eu cette première mi-temps de qualité durant laquelle on a vu du football, des buts et du beau jeu. On reviendra !

Devant les anciens du Nîmes Olympique qui ont répondu positivement à l’invitation de Jean-Jacques Bourdin qui souhaitait les réunir avant ce premier match de la saison, les jeunes nîmois n’ont pas démérité. Maoulida et toute sa bande ont inscrit trois buts en une demi-heure ! Non seulement, les 5 945 spectateurs présents ont été conquis par la première mi-temps, mais on s’est aperçu que José Pasqualetti, qui avait garanti du spectacle, tient ses promesses.

Pour son premier match, Toifilou Maoulida a marqué les esprits : un but et une passe décisive. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Pour son premier match, Toifilou Maoulida a marqué les esprits : un but et une passe décisive. Photo Tony Duret / Objectif Gard

La première grosse occasion nîmoise vient à la suite d’un bon décalage de Nouri vers Cissokho qui centre sur Lacourt, seul au deuxième poteau, qui manque complètement sa tête (13’). Dans la minute suivante, Cissokho, toujours aussi virevoltant sur son aile gauche, adresse un centre quasiment identique. Cette fois, c’est Maoulida qui est à la réception et sa reprise du droit trompe l’ancien portier nîmois Butelle (14’). 1-0. Sur un corner tiré par Parpeix, Barillon double la marque en s’y prenant à deux reprises : sa tête ayant été repoussée par Butelle, c’est du pied qu’il pousse le ballon dans le but vide (30’). 2-0. Angers, transparent, se créé sa première occasion sur un coup de pied arrêté repris de la tête par Camara mais Mathieu Michel réalise un double arrêt réflexe de grande qualité (33’). Sur la contre-attaque, Maoulida file au but et la joue collectif en décalant Nouri qui n’a plus qu’à pousser le ballon au fond des filets (33’). 3-0. Le stade exulte !

Soirée à oublier pour l'ancien portier nîmois Ludovic Butelle. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Soirée à oublier pour l'ancien portier nîmois Ludovic Butelle. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Malheureusement, les crocos vont bêtement relancer leur adversaire dans ce match. Un peu avant la mi-temps, Romain Elie, en position de dernier défenseur, se fait chiper le ballon au milieu de terrain par Jonathan Kodjia qui file vers Michel à qu’il ne laissera aucune chance (40’). 3-1. Au retour des vestiaires, l’intensité du match retombe considérablement. Les joueurs de Pasqualetti gèrent le score alors qu’Angers a vraiment du mal à hausser son niveau de jeu… jusqu’aux vingt dernières minutes.

Une première frappe de 20 mètres de Clémence vient heurter le poteau nîmois. Le ballon revient dans les pieds de Kodjia qui, seul aux six mètres, rate l’immanquable en envoyant la balle au-dessus (70’). Une incursion du défenseur angevin Bouka Moutou va donner encore plus d’espoir à son équipe. Légèrement accroché dans la surface, il s’effondre et l’arbitre, qui ne s’est pas illustré par ses décisions, accorde le penalty. Kodjia prendra Michel à contre-pied (80’). 3-2. La fin de rencontre sera tendue. L’arbitre devient le bouc émissaire du public en oubliant de siffler un penalty pour une main angevine dans sa surface. Les quatre minutes de temps additionnel sont très longues. Mais les crocos, plus déterminés que jamais, tiennent le coup et soulagent toute une ville.

Les réactions :

José Pasqualetti, un entraîneur heureux. Photo Tony Duret / Objectif Gard
José Pasqualetti, un entraîneur heureux. Photo Tony Duret / Objectif Gard

José Pasqualetti, entraîneur du Nîmes Olympique : « Je suis content. Démarrer par une victoire, c’est positif. On a fait une très bonne première période. La deuxième était plus poussive. Je retiens l’abnégation. Il y a quand même de quoi être optimiste et satisfait. On sait que le chemin sera long mais on va continuer à travailler pour apporter un peu plus de sérénité et de maitrise ».

Jonathan Parpeix, milieu de terrain du Nîmes Olympique : « Ca fait du bien moralement ! On va travailler dans la sérénité. On a de grosses échéances en août. Ce soir, on a fait une grosse première mi-temps et on prend deux buts à cause du manque d’automatisme. J’espère qu’on va avoir une saison plus sereine que l’an dernier ».

Jean-Marc Conrad, président du Nîmes Olympique : «  Je suis content pour deux raisons : pour les gens qui m’ont fait confiance et pour ceux qui ne m’ont pas fait confiance. J’espère que ça leur donnera confiance. Il faut garder la tête froide mais j’ai senti les garçons concernés. On va à Valenciennes pour gagner ».

Mathieu Michel, gardien du Nîmes Olympique : « Ca fait plaisir de commencer par une victoire. Je suis content, c’est beau. Et puis, pour moi qui suis un pur nîmois, c’est plaisant de jouer devant ce public. Cette année, on me fait confiance alors j’essaie de la rendre ».

Stéphane Moulin, entraîneur d’Angers : « On a eu une première mi-temps compliquée. Inexplicablement. On a complètement manqué notre première période. Y a eu une deuxième période différente mais le mal était déjà fait. Trop de joueurs n’ont pas joué à leur niveau ».

Toifilou Maoulida, attaquant du Nîmes Olympique : « Je n’ai vraiment pas compris mon carton jaune pour avoir montré ma bandelette. Je suis le seul à faire les bandelettes. Si on me met une règle que pour moi, c’est bizarre. Dessus, il était écrit « Pour mes amis de Bastia ». Sinon, on a fait du très beau football. On les a relancés sur deux erreurs. Mais c’est le meilleur des débuts. On a quelque chose à faire dans ce championnat ».

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité