A la uneActualité générale.Actualités

NÎMES Le préfet Didier Martin et la députée Françoise Dumas sur le qui-vive avec les pompiers

Le préfet du Gard Didier Martin et la députée Françoise Dumas au sein du PC de sécurité des pompiers. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Le préfet du Gard Didier Martin et la députée Françoise Dumas au sein du PC de sécurité des pompiers. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Au sein des services de l’Etat, vigilance et prudence sont de mise. Ce matin, le préfet du Gard Didier Martin et la députée Françoise Dumas se sont rendus au PC de sécurité des pompiers installé sur la route de Sauve, là-même où il y a quelques heures encore les intempéries frappaient durement le nord de Nîmes. Entourés du Colonel Simonet et de Gil Andreau, directeur départemental de la sécurité publique du Gard, les deux représentants de l’Etat ont souligné l’extraordinaire travail des pompiers : « Ce qu’il faut retenir, c’est l’efficacité des dispositifs et le formidable travail des pompiers. Je trouve aussi que par rapport au passé, les choses sont apaisées et organisées. Il existe une véritable culture du sang-froid ici », note Françoise Dumas. Le Préfet, qui était quelques minutes plus tôt avec le Premier ministre Manuel Valls au téléphone, insiste sur la solidarité : « La moitié des moyens ne sont pas du département. Il existe une solidarité nationale. La sécurité civile de Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loire, NDLR) est présente comme celle de Brignoles (Var) ».

Même si les moyens sont très organisés et renforcés, le préfet ne baisse pas la garde pour autant : « Il ne faut pas oublier qu’on est toujours en vigilance orange. Ce n’est pas forcément le jour pour aller faire une promenade. D’autant qu’on attend un épisode très conséquent demain après-midi et dans la nuit ». Le colonel Simonet, directeur du SDIS 30, écoute attentivement. Lui et ses hommes multiplient les déplacements dans les zones encore sensibles de Nîmes et du Gard. La nuit dernière, 200 mises en sécurité et sept hélitreuillages ont été nécessaires pour mettre hors de danger les Gardois. « Si l’on veut que ce bilan humain inespéré soit maintenu, il faut que les bonnes pratiques perdurent », souhaite le Préfet. Jusqu’à maintenant, il a été entendu.

Tony Duret

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité