A la uneSociété

UZÈS L’intersyndicale du Mas Careiron fait signer une pétition pendant le marché

Hier matin, au marché d'Uzès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Hier matin, au marché d'Uzès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Hier matin, au marché d'Uzès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Ils ne lâchent rien : l’intersyndicale de l’hôpital du Mas Careiron, en lutte depuis fin septembre contre le plan d’économies de la direction, ont mené une action de signature de pétition hier matin durant le marché d’Uzès.

Une action menée « pour répondre à une campagne d’intoxication du directeur qui dit que nous avons des congés indus, et en creux que nous sommes des privilégiés », explique Edouard Gloanec, du syndicat SUD Santé Sociaux.

« Sensibiliser les citoyens »

Les syndicats quant à eux ne changent pas de discours. Pour eux, il s’agit de « sensibiliser à cette santé à deux vitesses vers laquelle on risque d’aller, dit Edouard Gloanec. En réduisant les effectifs, ils réduisent les capacités de soins dans les services et les capacités de remplacement en cas d’absences. »

Pour Fabrice Aimé de FO, il s’agit certes de « sensibiliser les citoyens aux difficultés rencontrées par le Mas Careiron, mais aussi d’élargir la réflexion sur l’ensemble des hôpitaux de France. Ce démantèlement est général. »

Pour l’heure, le plan d’économies de la direction est suspendu. Une délégation composée de la direction, du vice-président du conseil général Denis Bouad, des députés Christophe Cavard et Fabrice Verdier et d’une représentant de l’intersyndicale a été reçue par le directeur de cabinet de la ministre de la Santé Marisol Touraine le 5 novembre. « Nous demandions au ministère de se positionner, et il a botté en touche en expliquant que la Mas Careiron devait négocier avec l’ARS (Agence Régionale de Santé, ndlr) », raconte Fabrice Aimé qui regrette que le ministère soit, d’après lui « favorable à la mutualisation entre l’hôpital local et le Mas Careiron. »

Les syndicats annoncent 500 signatures en une matinée

Pire, le collège médical, qui regroupe l’ensemble des médecins de l’établissement, « a refusé la rencontre avec l’intersyndicale, ils estiment que la lutte ne les concerne pas » déplore Fabrice Aimé. Pour Sébastien Castagnier de la CGT, « les médecins mettent juste en avant la défense d’acquis sociaux. »

L’action d’hier matin s’est soldée par « une réussite », estime Edouard Gloanec, qui indique que « le personnel a recueilli autour de 500 signatures en une seule matinée », malgré un temps capricieux. « Nous avons pu constater que la population de l’Uzège est particulièrement attentive au devenir de notre hôpital et soutien le personnel, la qualité et la proximité des soins », a-t-il ajouté.

Cette signature de pétition, qui avait démarré la veille au marché de Saint-Hippolyte-du-Fort, ne sera sans doute pas la dernière : « l’intersyndicale se réserve la possibilité d’autres actions », prévient Edouard Gloanec.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité